Etudiant disparu à Toulouse: ouverture d’une information judiciaire

Les “multiples investigations y compris techniques et scientifiques diligentées” n’ont pas “à ce stade permis la découverte de la personne disparue ni d’objectiver son éventuel décès”, a indiqué le parquet dans un communiqué. 

Le parquet de Toulouse a indiqué ce vendredi avoir requis l’ouverture d’une information judiciaire sur la disparition inquiétante d’un étudiant toulousain, dont les enquêteurs envisagent qu’il ait pu être piégé dans un container-poubelle à l’issue d’une soirée alcoolisée. 
    
Les “multiples investigations y compris techniques et scientifiques diligentées” notamment “à partir de l’exploitation des systèmes de vidéo surveillance” n’ont pas “à ce stade permis la découverte de la personne disparue ni d’objectiver son éventuel décès”, a indiqué le parquet dans un communiqué. 

“En raison de la complexité et de l’ampleur des recherches à poursuivre, le parquet de Toulouse a décidé de requérir incessamment l’ouverture d’une information judiciaire pour recherche des causes de la disparition dans cette affaire”, ajoute le communiqué.

Des prélèvements ADN sur la benne

L’étudiant, âgé de 21 ans, avait disparu dans la nuit du 29 au 30 août à l’issue d’une soirée avec des amis à Toulouse. Sa famille avait signalé sa disparition à la police le 3 septembre, lançant aussi des appels sur sa page Facebook et plaçant des affiches dans la ville appelant à des témoignages. 
    
En se fondant sur les images de vidéo surveillance, les enquêteurs ont suivi l’hypothèse qu’il ait pu être piégé dans un container-poubelle, et ont mené jeudi soir des “recherches au niveau de l’incinérateur” municipal de déchets, selon une source proche du dossier.
    
Le jeune homme a été filmé “après sa soirée alcoolisée errer dans Toulouse jusqu’à entrer dans un container-poubelle” et les images de vidéo surveillance, “montrent qu’il ne sort pas du container lorsque des éboueurs en transvasent le contenu dans leur camion”, a précisé cette source.
    
Selon France 3, la police a également effectué des prélèvements ADN sur la benne pour comparer avec l’ADN de l’étudiant. 

Laisser un commentaire