Féminicide à Creutzwald : L’autopsie confirme des coups à la gorge et à la poitrine

  • L’enquête avance après la mort d’une femme âgée de 53 ans dont le corps a été retrouvé lundi dans son appartement à Creutzwald, en Moselle.
  • Une autopsie, pratiquée ce mardi, confirme la mort par arme blanche et montre des « coups à la gorge et à la poitrine », indique le procureur de la République de Metz.
  • « Malgré les sollicitations des proches, elle n’avait pas souhaité révéler les violences dont elle était victime », précise le procureur. 

L’enquête avance après la mort d’une femme âgée de 53 ans dont le corps a été retrouvé lundi dans son appartement à Creutzwald, en Moselle. Le mari de la victime, soupçonné de l’avoir tuée, est toujours en fuite.

Une autopsie, pratiquée ce mardi, confirme la mort par arme blanche et montre des « coups à la gorge et à la poitrine », indique à 20 Minutes le procureur de la République de Metz.

« Elle n’avait pas souhaité révéler les violences »

Des auditions sont en cours dans la cité du Maroc où résidait le couple pour tenter de comprendre l’enchaînement des évènements. Des voisins du couple ont appelé la gendarmerie plusieurs fois après avoir entendu des cris.

Les gendarmes se sont déplacés « à deux reprises dans l’appartement ces derniers mois », mais n’auraient pas constaté de traces de coups sur la victime. Laquelle « aurait prétendu qu’elle allait bien », selon le parquet de Metz. « Malgré les sollicitations des proches, elle n’avait pas souhaité révéler les violences dont elle était victime », précise le procureur.

Une information judiciaire devrait être ouverte

Il a fallu attendre la dernière intervention des gendarmes, le 20 août dernier, pour que ces violences soient reconnues, comme l’indiquait 20 Minutes hier. Cette fois, le mari l’avait frappé en pleine rue et des témoins avaient donné l’alerte. « L’homme avait reçu une convocation en justice pour une date ultérieure », indique le parquet de Metz. Mais le procès n’était pas encore programmé.

Une information judiciaire devrait être ouverte d’ici la fin de semaine. En attendant, l’enquête suit son cours, selon le procureur. C’est la section de recherches de la gendarmerie de Metz qui est chargée des investigations.

Laisser un commentaire