Val-d’Oise: Une femme tente de récupérer ses affaires chez son ex-conjoint violent depuis un an

Alors qu’on compte plus de 100 féminicides en France depuis le début de l’année, les femmes victimes de violences conjugales qui ont survécu vivent parfois un véritable enfer comme cette habitante du Val-d’Oise qui essaye de récupérer ses affaires chez son ex-conjoint depuis un an.

C’est Le Parisien qui rapporte cette nouvelle bien troublante qui nous vient de la commune d’Auvers-sur-Oise où Sandra Lima essaye de récupérer ses affaires chez son ex-conjoint depuis un an. Elle l’avait quitté parce qu’il s’était montré violent avec elle à plusieurs reprises. Elle a contacté les autorités pour qu’elles l’aident à récupérer ses effets personnels, mais elles semblent être impuissantes face à cette situation. Aujourd’hui, elle ne sait plus quoi faire pour arriver à ses fins alors que les forces de l’ordre ne sont pas capables de lui prêter main-forte.

Selon elle, les gendarmes d’Auvers-sur-Oise ne prennent pas sa demande au sérieux, c’est parce qu’ils auraient des affinités avec son ex-conjoint, indique Le Parisien. Celle qui se faisait violenter quotidiennement pendant de nombreuses années avait même essayé de se suicider une fois. Une tentative qui avait échoué, mais qui avait laissé des traces. Elle tout de même réussi à mettre fin à leur relation durant l’été 2018. Malheureusement, ce qu’elle ne savait pas c’est qu’une autre bataille, tout aussi éprouvante, l’attendait.

Pourtant, Le Parisien raconte que le 28 août dernier, une ordonnance de non-conciliation stipule que l’ex-conjoint violent doit remettre à Sandra Lima ses affaires. Une ordonnance qui ne sera bien sûr pas respectée. Le problème c’est que dans ces affaires, il y a tous les papiers administratifs concernant l’entreprise de plomberie chaufferie de Sandra qui se porte très mal financièrement. Elle a la tête sous l’eau et les huissiers à ses trousses. Elle ne demande qu’à fermer sa société, mais malheureusement, elle ne peut rien faire sans les documents qui se trouvent chez son ex-conjoint.

De son côté, la gendarmerie estime qu’elle n’a rien à se reprocher, il s’agit donc d’un véritable dialogue de sourds. Au moment d’écrire ces lignes, Sandra Lima ne sait toujours pas comment elle va faire pour récupérer ses affaires. Elle espère sans doute que la médiatisation de son histoire va faire réagir les autorités. C’est tout ce qu’on lui souhaite.

Laisser un commentaire