UKRAINE : Harcelé, un petit garçon de 8 ans brûlé à vif lutte pour survivre

Un garçon de 8 ans lutte présentement pour sa vie après avoir été recouvert de pétrole par des harceleurs qui l’ont incendié par la suite.

Le jeune garçon nommé Kyrylo Yatsun jouait à l’extérieur à proximité de sa maison située à Dnipro, la quatrième plus grande ville d’Ukraine, lorsque des enfants plus âgés ont décidé de s’en prendre à lui.

Les médias locaux rapportent que le garçon aurait été brûlé sur 35% de la surface de son corps.

Toujours selon les médias locaux, les intimidateurs du petit Kyrylo auraient enduit son chandail avec du pétrole, puis ils auraient incendié celui-ci.

Aussitôt que l’enfant a été enflammé, celui-ci se serait jeté au sol en hurlant de douleur tandis que ses intimidateurs rigolaient devant la scène extrêmement cruelle.

Ce sont des passants qui sont venus à la rescousse de l’enfant et qui ont fait en sorte d’éteindre les flammes avant d’appeler des secours.

L’enfant a dû être transporté d’urgence dans une unité de soins intensifs où il a dû subir des chirurgies.

Lors des interventions chirurgicales qu’il a subies en rafale, les médecins ont notamment dû retirer plusieurs morceaux de peau qui avaient été gravement endommagés par les flammes.

Le petit Kyrylo se bat pour sa vie depuis 10 jours déjà et on ignore toujours s’il parviendra à survivre.

Artem Posunko, qui travaille pour le Dnipro Regional Children’s Hospital, a déclaré aux médias: “Le garçon a été hospitalisé alors qu’il se trouvait dans un état extrêmement critique avec de graves brûlures sur 35% de la surface de son corps. Nous faisons tout en notre possible pour le maintenir en vie. Il est conscient et il peut parler, mais ses blessures sont si importantes que son état est encore jugé comme étant très précaire.”

Selon Anna Starchevskaya, de la police locale, les suspects ont déjà été identifiés par la police et ceux-ci ont déclaré avoir incendié l’enfant de façon accidentelle. 

Dans l’éventualité où les enfants seraient jugés coupables des gestes dont ils sont suspectés, ceux-ci devront probablement effectuer un séjour dans un centre de détention juvénile.

Quant au petit Kyroko, les prévisions les plus optimistes indiquent qu’il en aura pour au moins deux mois d’hospitalisation encore.

Laisser un commentaire