Xavier Dupont de Ligonnès : Comment a-t-il été retrouvé

Huit ans après la mort de toute sa famille à Nantes, Xavier Dupont de Ligonnès a été interpellé ce vendredi à l’aéroport de Glasgow. La fin d’une cavale et le départ d’une nouvelle enquête.

 Je suis encore vivant ». Ces quelques mots griffonnés à l’arrière d’une photo envoyée en juillet 2015 à une journaliste étaient donc peut-être authentiques. L’un des plus grands mystères de l’histoire criminelle a pris fin, vendredi 11 octobre dans l’après-midi, à l’aéroport de Glasgow (Ecosse).Ouverture dans 0Sponsorisé par OrangePasse en mode ballonSur le sujet de la déconnexion, si les enfants n’écoutent pas toujours leurs parents, comment réagissent-ils lorsque ce discours est tenu par leur sportif préféré ?Découvrez les vidéos

Recherché par toutes les polices de France et d’Europe depuis le mois d’avril 2011, Xavier Dupont de Ligonnès, 58 ans, a été interpellé à sa descente d’avion, plus de huit ans après le meurtre de cinq membres de sa famille à Nantes (Loire-Atlantique). Une femme, une fille et trois garçons retrouvés enterrés sous la terrasse du pavillon des Ligonnès le 21 avril 2011. Et un père évaporé, disparu du jour au lendemain, sans laisser aucune trace.

Sur Xavier Dupont de Ligonnès, des dizaines de thèses, des centaines de témoignages ont circulé. Certains l’imaginaient au bout du monde, ayant méticuleusement préparé sa cavale et son changement de vie. D’autres le pensaient mort, suicidé peut-être, en tout cas disparu à jamais dans une faille ou un gouffre du Var, le dernier endroit où il a été vu de façon certaine à la fin du mois d’avril 2011.

Une fiche rouge d’Europol

Sa trace a donc été retrouvée en Ecosse, où les autorités locales s’intéressaient depuis quelques semaines à un homme un peu étrange. Dans le doute, et alors que Xavier Dupont de Ligonnès faisait l’objet depuis plusieurs années d’une fiche rouge d’Europol, les policiers écossais transmettent des photos de cet individu à la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), chargée de cette enquête en France.

A la vue des images, les policiers français ne sont pas emballés. Oui, certains traits physiques ressemblent au père de famille, mais personne n’a de certitude. Comme ils le font depuis la mort de toute la famille Dupont de Ligonnès, les enquêteurs décident tout de même de vérifier. Tout s’accélère lorsque les Ecossais, avec qui les relations sont excellentes depuis le début, partagent une information importante qu’ils communiquent ce vendredi : leur cible doit prendre un vol depuis Paris et pour Glasgow en fin de matinée. Les policiers français tentent donc, en urgence, de l’arrêter avant son départ de Roissy (Val-d’Oise). Mais quand ils arrivent sur place, leur « objectif » a déjà décollé.

Les enquêteurs français demandent donc aux Ecossais de vérifier les empreintes digitales de cet intrigant passager. A son arrivée à l’aéroport, Xavier Dupont de Ligonnès est interpellé. Rapidement conduit à l’écart de la foule, le commercial n’oppose aucune résistance et laisse les policiers écossais prendre ses empreintes digitales.

Quelques minutes plus tard, le résultat tombe. Sans appel, selon les enquêteurs écossais : cet homme qu’ils viennent d’interpeller, c’est Xavier Dupont de Ligonnès, le principal témoin et suspect du meurtre de sa femme et de ses quatre enfants. Seule une expertise ADN confirmera son identité avec certitude.

Une extradition qui pourrait être compliquée par le Brexit

Visé par un mandat d’arrêt international, Xavier Dupont de Ligonnès devrait être prochainement remis aux autorités françaises. Une procédure qui pourrait éventuellement être compliquée par le Brexit, glisse une source proche du dossier. Mais même si elle prend du temps, un juge va enfin pouvoir entendre l’ancien commercial, qui reste muet jusqu’ici.

Et peut-être obtenir une réponse à une question qui obsède la France depuis huit ans : qu’a fait l’auteur présumé du quintuple meurtre durant toutes ces années ? Car l’affaire qui porte son nom a cristallisé les passions de l’opinion publique, comme de tous les enquêteurs qui ont travaillé sur le sujet. « Il ne se passe pas un mois sans qu’on obtienne un renseignement sur lui », glissait il y a quelques semaines un enquêteur.

Plusieurs années à Glasgow

Depuis huit ans, les policiers ont vérifié ainsi des centaines de tuyaux, exploré des dizaines de pistes. Quand ils ont trouvé des ossements, en avril 2015 à proximité de Fréjus (Var), ils ont cru mettre un point final à l’histoire. Sans succès. Ils ont aussi cru mettre la main sur ce suspect numéro 1, un matin de janvier 2018, dans un monastère à Roquebrune-sur-Argens (Var) où les moines ont fait vœu de silence. Sans plus de réussite.

Finalement, selon nos informations, Xavier Dupont de Ligonnès aurait, pendant plusieurs années, vécu à Glasgow sous une fausse identité, et en ayant quelque peu changé d’apparence. Toujours selon nos informations, il parvenait à voyager grâce à un passeport volé en 2014. Il a d’ailleurs été interpellé en tentant de rentrer en Ecosse après avoir séjourné ces derniers jours en Ile-de-France, où des perquisitions étaient en cours ce vendredi soir.

L’avocat de la famille reste prudent

L’avocat de la famille reste prudent. Joint par Le Parisien, Me Stéphane Goldenstein, avocat de la mère et de l’une des sœurs (Christine) de Xavier Dupont de Ligonnès, attend « d’avoir la confirmation scientifique qu’il s’agit bien de Xavier Dupont de Ligonnès ». « Si oui, est-il l’auteur du quintuple meurtre ou ne l’est-il pas ? Là encore, j’attendrai de connaître ses explications », confie le conseil des deux femmes qui, par ailleurs, n’ont jamais cru à l’implication de leur fils et frère dans la tuerie de Nantes.

Laisser un commentaire