Yvelines : elle obligeait sa fille à manger des cafards et des araignées

Une femme de 46 ans a été condamnée par le tribunal correctionnel pour des maltraitances commises sur ses enfants âgés de 9 à 14 ans à Trappes.

Elle faisait subir un véritable enfer depuis des années à sa fille de 13 ans. Une femme de 46 ans a été condamnée, mercredi soir, par le tribunal correctionnel de Versailles à une peine de 18 mois de prison avec sursis, pour avoir maltraité depuis six ans ses quatre enfants, âgés de 9 à 14 ans, qu’elle élève seule dans son appartement de Trappes. En particulier l’aînée, devenue son souffre-douleur.

Leur calvaire a seulement pris fin le 10 juillet dernier, quand un homme a poussé la porte du commissariat de Trappes, pour raconter l’histoire de cette famille, qui circulait au sein de la communauté tamoule. C’est une femme qui l’a révélée, très choquée par les scènes de violence et d’humiliation auxquelles elle avait assisté au domicile de cette maman maltraitante. Elle a même pris soin de filmer quelques scènes où l’on voit la quadragénaire donner des coups de pied à sa fille et de photographier les ecchymoses de l’adolescente.

Battue, brûlée, l’aînée devait manger par terre

Les forces de l’ordre interviennent aussitôt et les quatre enfants sont placés auprès de l’aide social à l’enfance. Interrogés, ces deux garçons et deux filles racontent tous qu’ils sont régulièrement frappés. Mais la colère de la mère est bien plus souvent orientée vers l’aînée, qui subit bien plus que des coups.

Cette frêle jeune fille accuse un tel retard de croissance qu’on lui donnerait seulement 7 ou 8 ans. En plus de la frapper avec une louche, une ceinture et divers objets ou de la brûler avec un briquet, sa mère la privait de nourriture. Elle la forçait à manger par terre, dans la cuisine, alors que le reste de la famille était à table, dans le salon. « Elle l’obligeait à manger des cafards et des araignées qui pullulaient dans la maison. L’enfant ne devait pas sortir de sa chambre, sans autorisation », ont rapporté les autres enfants devant les enquêteurs. Elle ne prenait pas de douche, mais devait nettoyer toute la maison et faire la lessive. Dans l’appartement, les policiers n’ont trouvé aucun jouet lui appartenant.

Une méthode pour lui apprendre à obéir, selon sa mère

Durant l’enquête, la maman a expliqué avoir mis en place cette série de sanctions contre sa fille parce qu’elle était « désobéissante » et lui aurait volé 350 €. Grâce à cette méthode, elle avait fini par lui obéir, s’est-elle félicitée.

Mais devant les juges du tribunal, cette petite femme, visiblement tendue, reconnaît les faits qu’on lui reproche. « J’ai fait une bêtise, lâche-t-elle. Je m’excuse… »

Les mauvais traitements ont commencé lorsque le père des enfants a abandonné le foyer… peu après que son épouse, accompagnée de l’aînée, a déposé plainte contre lui pour des faits d’agression sexuelle sur l’enfant.

Les enfants veulent retourner auprès d’elle

Le procureur avait requis quatre ans de prison, dont deux ferme, contre cette femme au casier judiciaire vierge. L’avenir des enfants est entre les mains d’un juge pour enfants, chargé de l’assistance éducative. Toujours placés, ils aimeraient retourner vivre chez leur mère, a rapporté l’expert psychiatre qui les a rencontrés. Y compris la grande sœur, qui souffre de maux de tête et d’une grande tristesse. Elle a encore peur de sa mère, mais souhaiterait tout de même retourner vivre auprès d’elle.

Laisser un commentaire