La demande de remise en liberté de Patrick Balkany examinée ce mardi

La chambre des appels correctionnels de Paris examine la demande de remise en liberté de Patrick Balkany incarcéré à la prison de la Santé depuis le 13 septembre. Dans le premier volet pour fraude fiscal, l’ancien maire de Levallois-Perret a été condamné à 4 ans de prison avec mandat de dépôt.

Sa place est en prison , comme tous justiciable, Patrick Balkany devrait pourvoir rester en prison. Condamné tout comme sa femme a de la prison ferme, l’homme s’est vu dernièrement condamnée pour des faits crapuleux menés pendant des années. C’est en tout cas ce que voudrait bon nombre de français, et surtout ce voleur de pâtes qui lui a fait de la prison pour un vol par nécessité. Alors pourquoi cet homme devrait sortir ? Pourquoi l’impuissance judiciaire devrait donc permettre à cet homme de ressortir de prison ? La justice n’en serait-elle pas une en vérité ?

Sa place n’est pas en prison. C’est ce dont la défense de Patrick Balkany va tenter de convaincre la justice ce mardi. La chambre des appels correctionnels de Paris examine à partir de 13h30 la demande de remise en liberté du maire de Levallois-Perret, empêché depuis le 13 septembre d’exercer. Le tribunal correctionnel de Paris l’a en effet condamné ce jour-là  à 4 ans de prison ferme avec mandat de dépôt.

Dans son jugement du 13 septembre dernier, le tribunal correctionnel avait justifié l’incarcération de Patrick Balkany, notamment pour rendre impossible une fuite de ses capitaux à l’étranger, toujours à craindre aux yeux de la justice. Et par conséquence, pour éviter une fuite de l’élu. “On avait à coeur de faire un exemple, une image, essayer de montrer que la justice tape fort”, déplore Me Antoine Vey, conseil de l’élu. “Il se trouve que c’est complètement disproportionné. Le jugement est motivé par un risque de fuite.”

Et de poursuivre: “Vous imaginez Patrick Balkany passer la douane, surtout qu’on lui a pris son passeport il y a environ 10 ans, est une dangerosité? (…) Par ailleurs, la justice sait bien que tous les comptes qui avaient été visés ont été fermés.”

Patrick Balkany veut être présent

Devant trois juges, la défense de Patrick Balkany va tenter de faire sortir l’élu, incarcéré à la prison parisienne de la Santé depuis plus d’un mois. Patrick Balkany pourrait également être présent. Alors qu’il a refusé d’être extrait la semaine dernière pour la lecture du jugement dans le volet “blanchiment de fraude fiscale”, il a, selon nos informations, affirmé à sa femme vouloir se battre pour obtenir sa remise en liberté, et se présenter face à la justice. Au risque de devoir arriver menotté et encadré par des policiers.

Depuis un peu plus d’un mois, Patrick Balkany est incarcéré à l’étage des “personnes vulnérables” de la prison de la Santé. Il est détenu seul dans une cellule de 9 m², qu’il quitte assez peu. Discret, il ne sort jamais dans la cour de promenade. Les seuls détenus qu’il croise sont ceux qui apportent chaque jour ses repas. Il a d’ailleurs noué des liens d’amitié avec eux, si bien qu’ils surnomment Patrick Balkany “papa”. Ses liens avec l’extérieur sont à l’occasion des trois parloirs accordés avec sa femme, ses enfants ou ses frères.

Les audiences devant la chambre des appels correctionnels sont normalement publiques. Si une partie demande le huis-clos, le président de cette chambre pourrait restreindre la publicité des débats. Pour l’heure cette option semble peu probable alors que le procès de Patrick Balkany en mai dernier a été public. Ce mardi, il n’est pas certain que les juges rendent leur décision, la cour d’appel a en effet deux mois après le dépôt de la demande de remise en liberté pour rendre sa décision. Soit au plus tard le 13 novembre.

Laisser un commentaire