Justice : Le voisin du petit Tony, frappé à mort à Reims, relaxé

Trois ans après la mort de Tony, 3 ans, dans un immeuble du quartier Châtillons à Reims, un voisin qui était jugé pour “non dénonciation de mauvais traitements”, a été relaxé. Le Procureur de la République a lui-même estimé que toutes les conditions étaient réunies pour le dispenser de peine.

Jugé pour “non dénonciation de mauvais traitements“, un homme de 34 ans a été relaxé ce mardi 22 octobre devant le tribunal correctionnel de Reims. En 2016, dans son immeuble du quartier Châtillons, le petit Tony alors âgé de 3 ans, mourait sous les coups de son beau-père. Des maltraitances répétées, et entendues.  “On ne savait pas. On supposait. Je ne pouvais pas savoir, c’était inconcevable qu’il fasse ça”, insiste le voisin à l’audience.

Cet homme âgé de 34 ans habitait en dessous du beau-père et de la mère du petit Tony. Il entendait les cris, les menaces, mais assure qu’il n’avait jamais vu l’enfant. Son épouse, atteinte d’un cancer et morte depuis, avait collé une affiche sur les violences faites aux femmes et aux enfants dans l’ascenseur de l’immeuble, dans le but d’alerter. Lui, avait alerté le bailleur social de l’immeuble, qui lui aurait assuré qu’une enquête interne était en cours. Mais le couple n’est certes, pas allé au commissariat de police.

Laisser un commentaire