Ardennes : Des ossements trouvés à Fromy, Anaïs Guillaume évoquée ? Le procureur appelle à la prudence

Depuis lundi matin, les gendarmes ont investi un terrain du village de Fromy. Ils ont été alertés après la découverte d’ossements. Il pourrait s’agir de ceux d’Anaïs Guillaume.

Pour l’heure, rien ne permet d’être affirmatif mais au regard des moyens d’investigations déployés sur place, les enquêteurs semblent prendre cette hypothèse au sérieux d’autant que la macabre découverte a été faite à quelques encablures de la ferme de Philippe Gillet, condamné en avril dernier dans cette affaire.

La fille de Philippe Gillet s’est rendue sur les terres de son père, reconnu coupable du meurtre d’Anaïs Guillaume le 3 avril dernier, ce lundi 28 octobre. Accompagnée d’un ami, elle assure y avoir trouvé des ossements humains et a prévenu les gendarmes. Le site est actuellement gelé par les autorités dans l’attente d’investigations supplémentaires, qui commenceraient dès ce mardi 29 octobre.

Une lettre anonyme suspecte

Tout a commencé par une lettre anonyme reçue par l’avocat de l’accusé, Ghislain Fay, en septembre. Dans celle-ci, que nous avons pu nous procurer, l’auteur y mentionne Anaïs et la localisation de son corps. Il y est écrit :

Les coupables de la disparition d’Anaïs sont toujours en liberté. Anaïs était en vie jusqu’en avril 2016. Elle a été retenue contre sa volonté en Belgique. Avec tout ce qui était dans la gazette, facile de charger le culto. Comme le tas de fumier que les flics ont fouillé en face de sa ferme en 2015 y était toujours, elle a été enterrée avec de la chaux vive dessous et y est toujours. Les plaques de l’auto et le GSM sont dans la rivière au fond du petit pré après le terrain de foot à Linay. Faites les recherches, rendez le corps aux parents et arrêtez les véritables coupables.
– Lettre anonyme reçue par l’avocat de Philippe Gillet, Ghislain Fay.

Cette lettre étrange a été signalée à la justice par l’avocat du cultivateur ardennais, information qu’il nous a confirmée par téléphone. Faute de réponse rapide selon lui, la fille de l’agriculteur a décidé d’aller elle-même entreprendre les fouilles, ce lundi 28 octobre, précisément sous le tas de fumier que les gendarmes avaient déjà fouillé en 2015, sans succès. 

Le procureur prudent, la famille de la victime pas au courant

Du côté du procureur de Charleville-Mézières, on préfère rester prudent. La famille d’Anaïs Guillaume quant à elle, toujours dans l’attente de la découverte du corps, n’était pas au courant de la démarche de la fille de Philippe Gillet. Ils ont appris la nouvelle par hasard ce lundi: “Il y a tellement eu de lettres anonymes qui sont arrivées au début, que cela nous laisse perplexe, réagit Fabrice Guillaume, le père de la victime. Le seul truc qu’on a trouvé bizarre, c’est que ce soit envoyé à ses avocats à lui.”

Laisser un commentaire