Affaire Sophie Le Tan : La Procureure s’exprime

Cinq jours après la découverte du corps de Sophie Le Tan dans une forêt du Bas-Rhin, la procureure de la République de Strasbourg, Yolande Renzi, a précisé ce lundi les circonstances de la mort de la jeune fille.

Les premiers examens effectués sur la dépouille de Sophie Le Tan, retrouvée dans une forêt en Alsace, ont révélé que l’un de ses fémurs avait été coupé par un “instrument” mais aucun lien n’a été établi “pour l’instant” avec le suspect, Jean-Marc Reiser, a indiqué lundi la procureure de Strasbourg, Yolande Renzi.

La découpe du fémur est “nette et franche” et n’est pas “l’oeuvre d’un prédateur“, mais “pour l’instant, aucun élément ne permet aux enquêteurs de faire le lien avec M. Reiser“, supecté d’assassinat et mis en examen dans cette affaire. 

Les analyses partielles du crâne découvert par des promeneurs s’apparente au profil génétique de Sophie Le TAN, mais il reste des hommes d’ombres.

En revanche, la Procureure a souhaité préciser qu’aucun éléments à ce stade ne permettant de mettre officiellement en cause J-M Reiser.

17h23 : Un peu plus tôt, la procureure de Strasbourg a expliqué que les premiers examens effectués sur la dépouille de Sophie Le Tan ont révélé que l’un de ses fémurs avait été coupé par un instrument”. La découpe du fémur est “nette et franche” et n’est pas “l’oeuvre d’un prédateur”. Mais “pour l’instant, aucun élément ne permet aux enquêteurs de faire le lien avec Jean-Marc Reiser”, suspecté d’assassinat et mis en examen dans cette affaire.

Des analyses encore en cours. “Les analyses ADN confiées à l’Institut national de la police scientifique de Paris et exécutées en l’état sur certains de ces ossements humains viennent de révéler que le profil génétique féminin mis en évidence est identique au profil génétique de Sophie Le Tan”, a annoncé samedi soir dans un communiqué la procureure de Strasbourg, Yolande Renzi. Les premières constatations réalisées sur les restes humains suggéraient qu’ils pouvaient appartenir à l’étudiante. Mais le parquet de Saverne, compétent dans un premier temps pour la découverte du corps, avait appelé à “la plus grande prudence” en attendant les résultats des analyses ADN. 

16h47 : Les investigations se poursuivent sans arrêt (…) afin de rechercher tous les éléments et tous les indices qui sont encore nécessaires à la manifestation de la vérité”.

16h48 : “Nous n’avons pas encore de résultats ADN”.

16h46 : “Pour l’instant, aucun élément ne permet de faire le lien entre la découverte du corps et le mis en examen Jean-Marc Reiser”.

16h40 : La procureure de la République de Strasbourg a commencé sa conférence de presse après la découverte du corps de l’étudiante Sophie Le Tan.

Laisser un commentaire