Justice : Prison ferme après avoir tenté d’étrangler sa petite amie enceinte

Un Fécampois, arrêté le 29 septembre 2019 pour avoir essayé d’étrangler sa copine enceinte, restera en prison encore 15 mois. L’homme de 25 ans, jugé au Havre mardi, a écopé de 9 mois de prison, dont 6 ferme. À cette peine, s’ajoute la révocation d’un sursis de 10 mois, prononcé à son encontre pour une autre affaire. Avec un mois passé en préventive au Havre, l’homme est sous les verrous jusqu’en janvier 2021.

Les faits, eux, ont commencé le 17 mai 2018. Ce jour-là, lassée par les coups, l’amie du Fécampois violent s’enfuit du domicile commun, et trouve refuge en Dordogne. Par SMS, elle y reçoit des menaces de mort de son ex et porte plainte à la gendarmerie la plus proche. Plainte qui parvient au commissariat de police de Fécamp seize mois plus tard, en septembre 2019.

L’enfant devrait bientôt naître

Entre-temps, la jeune femme est rentrée en Normandie, a retiré sa plainte, s’est remise avec son ex. Le couple attend même un bébé qui devrait naître ces prochains jours. Le 21 septembre 2019, nouvel accès de violence : ivre, l’homme frappe sa compagne enceinte au visage et tente de l’étrangler. La victime ne souhaite pas porter plainte. Mais cette fois, la justice rattrapera le Fécampois. Le 29 septembre, il est placé en garde à vue puis déféré au Havre en attendant de passer devant le juge. Ce dernier a tranché mardi : le concubin violent restera derrière les barreaux 15 mois supplémentaires.

Laisser un commentaire