«Je ne suis pas un monstre, j’ai un code moral», les confidences troublantes d’un pédophile

Dans une rare entrevue diffusée à la télévision, un pédophile australien s’est confié. L’homme dont l’identité a été cachée pour des raisons évidentes a dit qu’il faisait partie des « bons pédophiles » parce qu’il n’agirait jamais sous l’impulsion. 

« Quand j’avais environ 15 ans, je regardais les petits garçons à l’école, je les trouvais attirants sexuellement », a-t-il révélé. 

Même s’il a vieilli, l’homme est toujours resté attiré envers les garçons de sept ou huit ans. 

« Je ne suis pas un monstre, j’ai un code moral. Je ne ferais jamais quelque chose comme ça, mais en même temps j’ai ce sombre secret enfoui à l’intérieur de moi » , a-t-il expliqué. 

D’après le psychologue James Cantor, on ne devient pas pédophiles. Ceux qui ont ces attirances sont « nés avec ». C’est qui expliquerait, selon lui, pourquoi les traitements pour « guérir » la pédophilie ne fonctionne pas vraiment. Il a affirmé en entrevue que le cerveau des pédophiles est différent et que cela se voit par imagerie par résonance magnétique (IRM). 

« Le cerveau identifie accidentellement des choses dans l’environnement qui évoquent l’instinct parental, mais provoque à la place un instinct sexuel ou érotique », a-t-il expliqué, ajoutant que des milliers de pédohiles vivent avec leur désir sans jamais céder à leurs impulsions. 

On les appelle les « pédophiles virtueux ». Ce sont des pédophiles qui choisissent volontairement une vie de célibat et qui jurent de ne jamais toucher à un enfant. Todd Nickerson, un homme dans la quarantaine du Tennessee, se considère comme faisant partie de ces « pédophiles virtueux ». Il dit qu’il trouve du soutien dans des groupes en ligne. 

D’après le site « Association for Sexual Abuse Prevention », la pédophilie est beaucoup plus commune que ce que l’on croit. En effet, des études ont démontré qu’un adulte sur quatre serait attiré par des enfants lorsque questionné anonyment et un adulte sur 20 pourrait se qualifier pour un diagnostic de pédophilie. 

Des experts croient que des milliers d’adolescents réalisent chaque année qu’ils sont attirés sexuellement envers des enfants et qu’ils ne savent pas vers qui se tourner pour avoir de l’aide. 

Laisser un commentaire