Nivelles: il forçait sa fille et ses belles-filles à aller faire un strip-tease chez des tiers, puis les violait

Le tribunal correctionnel du Brabant wallon a examiné jeudi un dossier de moeurs à charge de Jean D., un habitant de l’est du Brabant wallon né en 1967. 

Il est soupçonné d’avoir abusé de sa fille et de ses deux belles-filles alors qu’elles étaient mineures d’âge. Les adolescentes ont expliqué qu’il les avait violées à plusieurs reprises, qu’il les obligeait à porter des tenues suggestives et qu’il était arrivé que le prévenu en emmène une chez des tiers, où elle devait effectuer un strip-tease. Le prévenu nie tout en bloc et crie au complot familial. Le ministère public a requis dix ans d’emprisonnement ferme. Ce sont les confidences de la fille du prévenu à une amie de la famille qui ont lancé l’enquête, en juin 2017. Les trois victimes s’étaient aperçues qu’elles vivaient le même enfer mais elles avaient peur de leur père. Le père d’une des belles-filles du suspect, mis au courant, a pris l’initiative d’alerter les autorités. Des perquisitions ont permis par la suite de retrouver dans la maison du suspect les habits suggestifs (porte-jarretelles et blouses transparentes) que les adolescentes avaient décrits, en expliquant que le prévenu les obligeait à les porter.

Poursuivi notamment pour des préventions de viol et d’attentat à la pudeur, Jean D. a nié durant toute l’enquête et a maintenu cette position jeudi devant le tribunal correctionnel. L’avocat de la défense a tenté de discréditer les témoignages, les expertises et les déclarations des victimes en affirmant que le dossier n’était en réalité qu’un complot familial. Ce n’est pas l’avis du ministère public, qui estime que les préventions sont établies. Une peine de dix ans de prison ferme, suivie de cinq ans de mise à disposition du tribunal d’application des peines, a été requise.

Le tribunal rendra son jugement le 5 décembre.

Laisser un commentaire