Somme : Ce que l’on sait du drame familial de Yzengremer

Un trentenaire aux tendances suicidaires et son fils de 6 ans, recherchés depuis samedi soir par la gendarmerie de la Somme, ont été retrouvés morts dimanche matin à quelques kilomètres de distance, le père pendu à un poteau électrique à Yzengremer, puis l’enfant dans une chambre d’hôtel à Friville-Escarbotin, à plus de 400 kilomètres du domicile en Moselle.

Le père et son fils étaient partis samedi en voiture. L’homme de 37 ans avait laissé des messages sur ses intentions. La famille a prévenu les gendarmes. Les recherches ont été interrompues entre du 2h du matin et 8 heures.

L’homme, séparé de la mère de l’enfant, s’est pendu avec la sangle d’un siège auto pour enfant. Le garçon a été retrouvé grâce au gardien d’un hôtel, sur présentation d’une photo par les enquêteurs. Il serait mort samedi soir.

Pas de «traces de violences physiques»

La disparition de l’enfant et de son père, originaires de Meurthe-et-Moselle, avait été signalée à la gendarmerie de Nancy samedi vers 19h, plusieurs proches « ayant conjointement reçu des messages inquiétants du père », évoquant notamment des « idées suicidaires », a-t-il déclaré. Les recherches commencées à Nancy s’étaient rapidement poursuivies dans la Somme « car des éléments – comme les bornages téléphoniques – indiquaient qu’ils s’y trouvaient ».

Dimanche matin vers 8h30, le corps du père a finalement été « retrouvé pendu à un pylône électrique, le long d’une petite route de campagne, à Yzengremer », près du Tréport, a détaillé le procureur. Les investigations des gendarmes ont « permis de localiser l’hôtel dans lequel ils avaient a priori passé la soirée, et l’enfant a été retrouvé décédé dans sa chambre, vers 10h45 », a-t-il poursuivi.

Selon les constatations du médecin légiste, le décès de l’enfant « serait survenu au plus tard en fin de soirée samedi, et probablement en début de soirée ». Le petit garçon ne « présentait pas de traces de violences physiques ».

Somnifères et bonbonnes d’hélium

Mais les gendarmes ont retrouvé près du corps « des médicaments dont des somnifères en grande quantité », ainsi qu’un « dispositif de bonbonnes de gaz – contenant de l’hélium – connectées à un masque de plongée, pouvant avoir été utilisées pour provoquer une asphyxie », a encore indiqué M. de Bosschère. Une autopsie déterminera précisément les causes de la mort.

Des « mots » rédigés par le père ont également été retrouvés dans la chambre et la voiture laissée à Yzengremer, « laissant entendre qu’il a commis ce crime » selon le parquet.

Une enquête pour assassinat a été ouverte. Les raisons du geste ainsi que de la présence dans la Somme n’étaient pas connues dans l’immédiat.

Laisser un commentaire