Il abuse de 2 filles de 13 ans dans une cabine téléphonique : il est interpellé 20 ans plus tard

Les faits s’étaient déroulés dans la nuit du 1er janvier 2000 au pied de la basilique Saint-Ferjeux à Besançon, dans le Doubs.

Deux jeunes filles, âgées de 13 ans, cherchaient à contacter un ami depuis une cabine téléphonique lorsqu’un individu avait surgi et avait bloqué la sortie.

Il avait forcé les deux adolescentes à se déshabiller et à le masturber. L’une des victimes s’était alors saisie du combiné et avait frappé l’agresseur de plusieurs coups au visage.

L’homme avait reculé et les deux filles avaient réussi à sortir de la cabine.

Mais l’agresseur avait rattrapé une des adolescentes, qui était tombée au sol quasiment nue. Il l’avait alors pénétré avec son doigt, avant que la victime ne parvienne à se débattre et à prendre la fuite.

Cette affaire est restée non élucidée durant 20 ans.

Mais une banale affaire de vol de tronçonneuse dans une entreprise survenue récemment est venue relancer le dossier. L’ADN du voleur a été prélevé et a matché avec l’empreinte génétique retrouvé sur le T-shirt d’une des deux victimes.

Le suspect a été interpellé jeudi et a avoué les faits en garde à vue. Il explique que, cette nuit là, il était alcoolisé et très énervé après un accrochage en voiture.

Rien ne laissait présager que cet homme de 60 ans, inconnu des services de police, père de 3 enfants, puisse commettre un tel acte. Les enquêteurs se demandent s’il n’a pas fait d’autres victimes.

Laisser un commentaire