Avignon : Violent avec sa mère, elle le défend à la barre du Tribunal

C’est un dossier de violences, où chacun souffre de son côté. Dans le box du tribunal correctionnel d’Avignon ce mercredi 27 novembre, Alexis Heras, 18 ans, n’arrête pas de pleurer. Et sur le banc des parties civiles, sa mère. Victime de ses coups, de dégradations chez elle et de ses menaces régulières, elle se fait pourtant la première avocate de son fils en implorant le tribunal pour qu’il lui apporte son aide.

Consciente qu’elle n’a peut-être pas mis les bons ingrédients pour réussir à combattre les démons qui rongent son garçon de l’intérieur. Et réussir à mettre un terme aux reproches qu’il peut lui faire depuis plusieurs années au point qu’il souhaite sa mort. « Je n’ai pas eu l’enfance que j’aurai voulue », lâche-t-il avant de reconnaître qu’il a dit à sa mère : « Tu mérites de mourir. Les rats viendront dans ta tombe pour te manger ».

« On n’imagine pas un enfant parler comme cela ou lever la main sur sa mère »

Un comportement dénoncé par Philippe Guémas, procureur de la République : « On n’imagine pas un enfant parler comme cela ou lever la main sur sa mère. C’est insupportable ». Il a requis six mois de prison avec sursis et une interdiction de se rendre au domicile de la maman.

Le tribunal a vu plus haut en condamnant le prévenu à huit mois de prison dont trois mois assortis du sursis et d’une mise à l’épreuve. Il devra suivre des soins et ne plus se présenter au domicile de la victime.

Le mandat de dépôt a été prononcé sur l’audience afin qu’il purge sa peine dans le cadre de la semi-liberté. En outre, il devra payer 200 euros d’amende pour les dégradations qu’il a commises avec un couteau sur des portes.

Le tribunal a fait le choix de l’incarcération car il ne voyait pas d’un très bon œil que cet éducateur de football, à Sorgues, soit hébergé chez sa petite amie. S’il n’était pas poursuivi pour cela, il a reconnu qu’il a pu la ”secouer”, l’insulter, la menacer et lui cracher dessus.

Laisser un commentaire