Tentative d’enlèvement: un homme de cinquante ans en détention

Les policiers de Saint-Pierrois ont de nombreuses questions à poser à l’homme qu’ils ont arrêté, soupçonné de vouloir enlever une fille de douze ans. Samedi matin, une adolescente est victime d’une tentative d’enlèvement alors qu’elle se promenait dans une rue du quartier de Bambous Line, à la périphérie de Saint-Pierre. La fille parvient à s’échapper et à s’échapper. Mais elle a aussi la lucidité et le réflexe de relever le numéro d’immatriculation du véhicule qui conduit son agresseur. Cet indice sera essentiel pour les enquêteurs recevant une plainte concernant cette tentative d’enlèvement. Très rapidement, grâce au fichier d’immatriculation, le propriétaire du véhicule est identifié, puis localisé et finalement arrêté. Il a ensuite été conduit au poste de police de St. Peter et placé en garde à vue. Il est un homme dans la cinquantaine.

Peu d’informations ont échappé à cet interrogatoire car, pour la première fois depuis plusieurs semaines, il y a eu des tentatives d’enlèvement et de dénonciation sur l’île, un homme qui se concentre sur un certain nombre d’indices concordants. est entre les mains de la justice.

Attaque libre à Saint-Louis

Les enquêteurs ne seront pas satisfaits de ses déclarations. Son véhicule, une fourgonnette blanche, a été saisi et il est fort probable qu’il sera livré aux hommes du PTS (police technique et scientifique), afin de prendre des échantillons. Leurs collègues du pouvoir judiciaire devraient vérifier les similitudes avec deux autres cas d’enlèvements signalés à Saint-Pierre, dans le secteur de la police. Le 21 novembre, une étudiante de 14 ans a été approchée par un homme alors qu’elle était rue Marius et Ary Leblond pour rejoindre le Collège Paul-Herman. L’homme l’a attrapée, mais elle a réussi à s’échapper. Une attaque similaire a été rapportée à Condé-Concession. “Nous ne cachons pas notre inquiétude”, confiée à JIR un agent de police (Édition du samedi). Le bureau du procureur de Saint-Pierre a ordonné la prolongation de la garde à vue du suspect. En fin de compte, il sera transmis au tribunal qui déterminera le reste de la procédure le concernant.

Les gendarmes sont également en alerte, au point que plusieurs attaques d’adolescentes, selon la même procédure, leur ont été dénoncées. Aux Avirons, mais aussi au Plateau Caillou, le 26 novembre. Le cas le plus ancien remonte à la fin octobre, près du lycée Le Verger à Sainte-Marie.

Cette série, abondamment relayée, amplifiée voire fantasmée sur les réseaux sociaux, ne va pas sans créer une psychose chez les jeunes. Un St. Louisian était le coût, vendredi soir, près de la gare routière. Alors qu’il conduisait sa camionnette blanche et attendait un ami à la fin d’un gymnase, il a été agressé et battu par une douzaine de jeunes, l’accusant de vouloir attaquer deux personnes. adolescentes dans le groupe. L’homme agressé doit porter plainte.

Laisser un commentaire