Insolite : Cette mère vit avec des répliques en carton grandeur nature de son fils décédé

Parfois, le chagrin peut nous faire faire des choses inattendues. C’est exactement ce qu’on s’est dit lorsqu’on a appris l’histoire de cette Britannique qui vit avec des répliques en carton grandeur nature de son fils.

C’est The Sun qui rapporte l’histoire de Emma Caley-Taylor, une femme vivant dans la ville de Wiltshire en Angleterre dont la vie a basculé de manière tragique en 2017. En effet, cette année-là, elle a perdu son fils Jordan qui a été victime d’une attaque au couteau. Ses blessures étaient bien trop importantes et les médecins n’ont pas pu le sauver. Toutefois, le plus difficile dans cette histoire, c’est la manière dont cette mère a pris la mort de son fils, elle n’arrive pas à l’avaler et vit désormais avec un panneau en carton qui est la réplique grandeur nature de son fils.

Si l’on doit avouer qu’à première vue, il s’agit d’une pratique assez étrange, on comprend assez rapidement qu’elle n’a pas encore complètement réussi à faire le deuil de son fils. La seule solution qu’elle a trouvée pour le moment, c’est de vivre avec cette réplique de son fils de 25 ans pour que sa peine soit moins grande et son quotidien supportable. Elle a expliqué au média britannique qu’elle lui parlait et que c’est comme si son fils était encore là. Au total, The Sun explique qu’elle a fait faire deux répliques de son fils, une où il est en costume et une autre où il arbore un style plus décontracté.

Toujours selon les informations relayées par The Sun, Emma Caley-Taylor a même fait sortir ses répliques en carton à l’extérieur de la maison familiale. Elle a notamment des photos de «lui» à un mariage, mais aussi dans un bar pour célébrer son anniversaire. Il faut admettre que c’est peu commun, mais que c’est surtout très triste. Elle n’a toujours pas avalé la mort de son fils, surtout que pour couronner le tout, l’auteur des coups de couteau a été reconnu non coupable dans cette affaire et a seulement passé moins d’un an en prison.

Laisser un commentaire