Syrie: huit enfants parmi onze morts dans des bombardements turcs

Les bombardements turcs ont fait au moins 11 morts dont huit enfants et 26 blessés dans la ville de Tal Rifaat, située entre Alep et la frontière turco-syrienne, au nord du pays.

Au moins onze civils, dont huit enfants âgés de moins de 15 ans, ont été tués lundi dans des bombardements turcs, près d’une école dans une ville du nord de la Syrie sous contrôle kurde, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Le drame s’est déroulé dans la ville de Tal Rifaat, où des heurts opposent sporadiquement forces turques et combattants kurdes. Cette ville accueille également des forces du régime de Bachar al-Assad et des militaires russes, selon l’Observatoire.

La plupart des victimes sont des déplacés Kurdes

“Les tirs d’artillerie des forces turques se sont abattus près d’une école, au moment où les enfants sortaient” de l’établissement, selon le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, qui a également fait état de 21 blessés.

La plupart des victimes sont des déplacés Kurdes qui s’étaient installés à Tal Rifaat après avoir fui l’enclave d’Afrine, située plus à l’ouest et conquise en 2018 par les forces d’Ankara. Après cette opération, Ankara avait menacé d’attaquer Tal Rifaat, mais un accord négocié avec Moscou avait permis d’éviter une offensive turque sur la ville. La Russie s’était engagée à obtenir un retrait de la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG). Située dans la province d’Alep, Tal Rifaat se trouve juste au sud de la ville d’Aazaz, tenue par des rebelles financés et soutenus par Ankara.

Les affrontements continuent après l’offensive turque

C’est pour éloigner de sa frontière la milice kurde des YPG, considérée comme une organisation “terroriste” par Ankara, que la Turquie a lancé le 9 octobre avec des supplétifs syriens une offensive majeure sur la région. Malgré deux cessez-le-feu acceptés par Ankara, les affrontements sporadiques se poursuivent toutefois.

En novembre, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait indiqué que “les groupes terroristes” ne s’étaient pas encore retirés notamment de Minbej et Tal Rifaat, que les YPG sont censés évacuer conformément à l’accord russo-turc. L’offensive d’Ankara a permis à l’armée turque de s’emparer d’une bande frontalière de 120 km. Les violences ont tué 150 civils et déplacé plus de 300.000 personnes, selon l’OSDH.

Laisser un commentaire