Royaume-Uni : Elle organise un duel entre ses 2 prétendants, l’un d’eux meurt de 35 coups de couteau

La justice britannique doit statuer sur le sort d’une mère de famille soupçonnée d’avoir organisé un combat en duel entre son mari et son amant, qui s’est terminé par le décès de l’un d’entre eux.

Mariée à un homme de 42 ans, cette habitante de Londres (Royaume-Uni) de 35 ans avait aussi un amant, de dix ans son cadet. Les deux hommes se disputaient la trentenaire, elle a donc décidé qu’un duel entre eux règlerait le problème.

« Le but était que les deux hommes règlent le problème en lien avec l’accusée par la violence. Plus précisément, lors d’un duel médiéval », a indiqué le procureur Hugh Davies devant la Cour de la Couronne du Sud-Ouest de Londres.

Un combat à mort

Cette mère de trois enfants, a été qualifiée de « manipulatrice » par le procureur, rapporte The Telegraph. Le 17 juin dernier dans la matinée, le duel s’est effectivement tenu, en pleine rue dans la capitale britannique. L’amant, âgé de 25 ans, a pris le dessus et a poignardé à mort son rival. Touché à plus de 35 reprises, notamment au cou, à la poitrine et aux épaules, il a été retrouvé au sol en train de se vider de son sang. Le quadragénaire a succombé à ses blessures, relate Daily Mail.

Une rivalité entre les deux hommes

La liaison entre le jeune homme et la trentenaire avait débuté après que celui-ci soit libéré de prison en Lituanie. En parallèle, le mari de cette mère de famille refusait de divorcer. « Il apportait un soutien financier à sa fille et entretenait une relation sexuelle avec l’accusée. Chacun à sa façon, les deux hommes revendiquaient leur place auprès d’Asta Juskauskiene. La situation allait inévitablement dégénérer » a expliqué le procureur.

Selon lui, même si l’on ne connait pas la teneur des discussions préalables entre les protagonistes, « les preuves montrent que l’accusée était au coeur de cet arrangement ».

Elle accueille le vainqueur chez elle

Après l’homicide, la trentenaire a accueilli le jeune homme chez elle, auprès de ses trois enfants. Elle a aussi supprimé des messages contenus dans son téléphone, potentiellement compromettants. Plus tard, la mise en cause a voulu prendre ses distances avec son amant, mais elle a rapidement été interpellée. Asta Juskauskiene a plaidé non coupable de complicité de meurtre et d’entrave à la justice. Le jeune homme, quant à lui, a avoué le meurtre de son rival. Le procès se poursuit.

Laisser un commentaire