L’équipe Cold Case réexamine la disparition de Claudia Lawrence dix ans plus tard

Claudia Lawrence, chef de l’Université York (photo), avait 35 ans lorsqu’elle a disparu en mars 2009

Chaque année au cours de la dernière décennie, les trois mêmes cartes de Noël ont décoré la cheminée de Joan Lawrence. Tous sont signés «Love Clauds» dans l’écriture soignée et soignée de sa fille.

Alors qu’elle les sort du stockage et les range, Joan aime à imaginer que Claudia vit toujours joyeusement à quelques kilomètres sur la route, sa voix joyeuse à seulement un coup de téléphone.

Sa carte préférée montre un chiot golden retriever. Claudia aime les animaux, dit-elle.

Bien que Claudia soit portée disparue depuis dix ans et que la police présume qu’elle a été assassinée, Joan, 76 ans, aime parler de sa fille au présent.

Elle s’accroche au petit filet d’espoir que Claudia est vivante quelque part et, un jour, une nouvelle carte d’elle tombera sur le paillasson.

«En tant que maman, je ne ressens aucune coupure. Je ne peux pas croire qu’elle soit morte », dit-elle. «Je ne perds jamais espoir. Quelqu’un connaît la vérité et je souhaite juste qu’ils mettent fin à cette torture en me disant. »

Claudia Lawrence, une chef de l’Université York, avait 35 ans lorsqu’elle a disparu en mars 2009 de sa maison de deux chambres avec terrasse à la périphérie de la ville, où elle vivait seule.

Bien que Claudia (au centre) soit portée disparue depuis dix ans et que la police présume qu’elle a été assassinée, Joan, 76 ans, aime parler de sa fille au présent.

Le dernier cadeau de Noël de Joan à sa fille, un manteau court que Claudia aimait, est toujours accroché dans la garde-robe, à peine porté. La maison est vide, attendant son retour.

L’un des derniers appels téléphoniques de Claudia avant sa disparition était de sa mère. Il était environ 20h30 et Claudia avait prévu de se coucher tôt car elle avait un quart de travail le lendemain.

Son ancienne Vauxhall Corsa était en panne et il fallait marcher 45 minutes pour travailler au Goodricke College, sur le campus de l’Université York, elle devait donc quitter la maison à 5 h 15.

“Elle n’aimait pas marcher seule dans le froid et l’obscurité, mais chaque fois que je lui offrais de l’argent pour un taxi, elle refusait”, explique Joan.

Ils ont parlé de se réunir pour la fête des mères et ont discuté du programme télévisé Location, Location, Location.

La mère de Claudia, Joan Lawrence, a déclaré qu’elle «ne perdait jamais espoir» et «ne pouvait pas croire qu’elle était morte»

À 21h12, Claudia a reçu un SMS d’un ami vivant à Chypre, mais elle n’a pas répondu. On ne sait même pas si elle l’a lu.

Depuis lors, il n’y a eu aucune trace, aucun mot, aucun indice sur ce qui est arrivé à Claudia, dont le joli visage sourit encore, figé dans le temps, d’affiches manquantes.

L’affaire reste l’un des mystères non résolus les plus troublants de la Grande-Bretagne.

Malgré une enquête approfondie sur un meurtre présumé et une étude de cas à froid coûtant 1,5 million de livres sterling, personne ne peut expliquer comment Claudia a tout simplement disparu ou dire à Joan où elle se trouve.

La police du Yorkshire du Nord a recueilli 2 517 déclarations, inspecté 1 771 véhicules, fouillé 38 maisons et locaux commerciaux, examiné 64 scènes et testé plus de 200 éléments à la recherche d’ADN, ce qui n’a donné aucune preuve concrète.

Les détectives craignaient à l’origine que Claudia ait été enlevée par un étranger alors qu’elle quittait son domicile à Heworth pour se rendre au travail, ne parvenant pas à son quart de travail le jeudi 19 mars 2009.

Il n’y avait aucune preuve d’une introduction par effraction chez elle, ni aucun signe de perturbation. Son lit était fait, des assiettes sales étaient empilées dans l’évier et ses pantoufles avaient été soigneusement rangées dans le couloir.

Son père Peter, un avocat à la retraite, avait signalé sa disparition le vendredi après qu’une des amies de sa fille l’ait alerté lorsque Claudia n’était pas venue la rencontrer dans le pub, comme ils l’avaient convenu, jeudi soir, et par téléphone les appels du lendemain matin sont allés directement à la messagerie vocale.

Chaque année au cours de la dernière décennie, les trois mêmes cartes de Noël ont décoré la cheminée de Joan Lawrence. Tous sont signés «Love Clauds» dans l’écriture soignée et soignée de sa fille

En vérifiant sa maison, il a constaté que Claudia avait laissé derrière elle son passeport, ses cartes bancaires et ses bijoux, ne prenant apparemment que les blancs de son chef dans un petit sac à dos Karrimor, qui n’a jamais été récupéré.

À la suite de l’appel d’une personne disparue à la télévision, un témoin s’est avancé pour dire qu’il avait vu une femme correspondant à la description de Claudia parler à un fumeur gaucher dans la rue. Un autre a déclaré à la police qu’ils avaient vu un couple se disputer près du campus.

Puis, au grand désarroi de la famille Lawrence, l’enquête a soudainement changé de cap. Menant l’enquête sur un meurtre présumé, le surintendant Ray Galloway – depuis sa retraite – a décrit la vie amoureuse de Claudia comme «complexe et mystérieuse» lors d’un appel sur Crimewatch de la BBC TV.

Les premières enquêtes policières ont révélé que Claudia, comme de nombreuses femmes célibataires attirantes, était sortie avec un certain nombre d’hommes: une douzaine sur une période de cinq ans. Au moins l’un d’eux était marié.

L’attention s’est concentrée sur la vie sociale animée de Claudia, qui s’est concentrée en grande partie sur le pub Nag’s Head, à quelques portes de chez elle, où la police a rencontré «un mur de silence».

Les amis de Claudia Lawrence (de gauche à droite) Hazel Dales, Martin Dales et Suzy Cooper, allument des bougies à York Minster à l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition, le 18 mars de cette année

À ce jour, neuf personnes ont été arrêtées ou interrogées avec prudence, et des dossiers ont été soumis au ministère public concernant plusieurs personnes, mais les preuves étaient insuffisantes pour porter des accusations.

À l’occasion du dixième anniversaire de sa disparition, le surintendant Dai Malyn, qui dirige maintenant l’enquête, a déclaré: “ Il reste vrai que nous soupçonnons fortement que des preuves clés sont cachées qui pourraient fournir la percée que nous voulons tous voir, en particulier la famille de Claudia au cœur brisé. . ‘

La police du North Yorkshire pense toujours que la disparition de Claudia est liée à sa vie privée et à quelqu’un qu’elle connaissait et qu’elle a peut-être laissé entrer chez elle dans la nuit du mercredi 18 mars.

Le téléphone portable de Claudia n’a jamais quitté la région et a été délibérément éteint quelques heures après qu’elle ne se soit pas présentée au travail.

Le père de Mlle Lawrence, Peter, lors d’une conférence de presse à York avec le surintendant-détective Ray Galloway (à droite) en avril 2009 lorsqu’il a déclaré que la police le traitait maintenant comme une enquête pour meurtre

Dans un récent documentaire de Channel 5 intitulé Missing Or Murdered, l’un des collègues de travail de Claudia – parlant pour la première fois – a suggéré que peu de temps avant sa disparition, elle avait fait allusion à un nouvel amant dont personne ne connaissait encore.

Mais qu’en est-il des autres théories avancées au fil des ans?

Claudia aurait-elle pu être victime du double meurtrier Christopher Halliwell alors qu’elle se rendait au travail? Halliwell, chauffeur de taxi qui purge une peine à perpétuité pour les meurtres à motivation sexuelle de Becky Godden et Sian O’Callagan dans le Wiltshire, avait un parent dans le Yorkshire.

Joan, qui est devenue proche de la mère de Becky, Karen Edwards, pense que la théorie est “crédible”.

L’un des derniers appels téléphoniques de Claudia avant sa disparition était de sa mère. Ils ont parlé de se réunir pour la fête des mères et ont discuté du programme télévisé Location, Location, Location. Sur la photo: Claudia, 10 ans

Alternativement, Claudia aurait-elle pu fuir à Chypre, passer en contrebande à l’étranger dans une camionnette, pour commencer une nouvelle vie secrète pour des raisons inconnues?

Le dernier texte qu’elle a reçu provenait d’un ami de sexe masculin vivant à Paphos. Elle avait visité le pays deux ans plus tôt avec une petite amie et on lui avait proposé des emplois de cuisine. Elle avait également parlé de vouloir travailler avec des chevaux à Chypre.

La police a envoyé des officiers pour enquêter, mais n’a trouvé aucune preuve à l’appui de cette théorie. Et Claudia aurait-elle choisi de disparaître quatre jours seulement avant qu’elle et Joan ne se retrouvent pour la fête des mères?

Le père de Claudia, Peter, a déclaré au programme: “Elle n’était pas un cerveau qui aurait pu imaginer un moyen de partir à l’étranger sans utiliser de passeport ou de compte bancaire.”

Bien qu’elle et Peter soient séparés depuis plus de 20 ans, Joan ne peut s’empêcher d’être d’accord.

Ce qui laisse la dernière théorie: que Claudia a peut-être été victime de trafic sexuel à Amsterdam et a été détenue contre sa volonté depuis.

Mme Lawrence a révélé dans l’émission qu’elle avait reçu des informations d’un témoin potentiel – originaire de York – qui affirmait avoir reconnu Claudia à Hartlepool Marina, d’où des bateaux se rendaient en Hollande.

Joan a ajouté qu’elle avait entendu parler d’une «sorte de traite des esclaves blancs». En juillet 2012, un détective privé avait également rapporté avoir vu Claudia à Amsterdam. Cependant, lorsque la police néerlandaise a enquêté sur le plomb, ils n’ont trouvé aucune trace d’elle.

Aujourd’hui, Joan admet qu’elle ne sait pas plus sur ce qui est vraiment arrivé à Claudia qu’il y a dix ans. Elle qualifie l’enquête policière précoce de «catastrophe après catastrophe».

La carte de Noël préférée de Joan montre un chiot golden retriever. Claudia aime les animaux, dit-elle

Elle ne comprendra jamais pourquoi la police du North Yorkshire a initialement utilisé une vieille photographie de Claudia aux cheveux blonds dans son appel de personne disparue, alors qu’elle avait changé la couleur en brune.

«Je leur ai offert une photographie plus récente, mais elle n’a pas changé pendant quatre ans, jusqu’à ce que Dai Malyn prenne le relais», dit-elle.

Joan place maintenant ses espoirs dans la nouvelle équipe chargée des affaires froides enquêtant sur les crimes d’Halliwell, qui jette un regard neuf sur la disparition de sa fille.

Elle a confiance en eux – mais depuis ce premier appel à Crimewatch, dit-elle, elle a essayé de corriger la fausse impression qui laissait à penser que sa fille était une sorte de «démolisseuse» ou de bonne fille.

Elle pense que l’appel n’a servi qu’à drainer la sympathie pour Claudia et à aliéner les témoins potentiels.

La police fouille Claudia dans une réserve naturelle à York après sa disparition en mars 2009

“Pourquoi est-ce toujours la femme qui est jugée?”, Demande Joan, qui insiste sur le fait que la vie amoureuse de Claudia n’est pas différente de celle de nombreuses autres femmes célibataires.

«Vous pourriez demander, pourquoi ces soi-disant hommes mariés recherchent une fille comme ma fille? Ils ne sont pas si innocents, et ils ne disent pas toujours qu’ils sont mariés. Tous ceux qui connaissaient Claudia – tous ses vrais amis à Malton – ne la reconnaissaient pas de la façon dont elle avait été dépeinte. »

De formation privée, Claudia a grandi avec ses parents et sa sœur aînée Ali dans le joli bourg de Malton, également dans le North Yorkshire, où Joan vit toujours.

Son père était avocat et avant que ses parents ne se séparent en 1996, c’était une éducation confortable. Claudia jouait de la flûte et le samedi, les filles suivaient des cours d’équitation. Le monde de Claudia tournait autour de ses poneys, Brandy et Cobweb.

Joan pensait que Claudia ferait une merveilleuse infirmière vétérinaire, mais après l’école, elle a décidé d’aller à l’université de restauration et l’aimait, finissant par décrocher un emploi de chef à l’Université de York.

Mère et fille, toutes deux végétariennes, étaient très proches et essayaient de se rencontrer chaque semaine, soit pour le déjeuner, soit pour faire du shopping. Ils parlaient tous les jours au téléphone.

Des policiers pénètrent dans une propriété en terrasses à York dans le cadre de l’enquête en août 2009

Claudia avait l’habitude d’appeler sa mère pour une conversation sur le chemin du retour du travail, et elle a été vue pour la dernière fois vivante lorsque des caméras de vidéosurveillance l’ont ramassée en affichant une lettre dans une boîte aux lettres non loin de chez elle.

Claudia était célibataire depuis environ 18 mois après la fin d’une longue relation, mais Joan se dit très heureuse d’elle-même.

“Elle a manqué de confiance en elle dès son jeune âge et n’a jamais pensé qu’elle était jolie”, dit-elle. «Quand nous descendions la rue ensemble, les hommes la regardaient toujours, mais elle ne s’en était même jamais aperçue.

«Elle n’a jamais semblé gênée de se marier ou d’avoir des enfants, même si elle aimait ses deux neveux. Elle m’a dit qu’elle était très heureuse d’être célibataire.

Des policiers devant le pub Nags Head à York, qu’ils ont fouillé une deuxième fois en juin 2009

«Claudia aimait son travail. Elle aimait cuisiner pour les gens, en particulier les enfants dans la crèche. Travailler des heures non sociales, c’était assez difficile d’avoir une relation, mais elle était satisfaite de son sort.

“Elle était sérieuse au sujet de sa carrière, même si elle n’était pas très bien payée, et elle ne buvait jamais pendant la semaine quand elle avait un quart de travail précoce. Elle ne voulait pas prendre le risque de conduire le lendemain matin.

«Claudia travaillait dans une industrie à prédominance masculine, de sorte que la plupart de ses amis allaient inévitablement être des hommes.

«Oui, elle allait leur rendre visite et ils étaient mariés, mais Claudia était aussi amie avec leurs femmes. J’allais parfois avec elle et nous achetions des cadeaux pour leurs enfants. Claudia était une personne très simple. Il n’y avait rien de mystérieux là-dedans.

«Il me semblait qu’au début, chaque homme que Claudia savait était traité comme un suspect potentiel par la police. Qui voudrait risquer de se manifester? Mais avec la nouvelle équipe, c’est différent. »

Alors qu’est-ce que Joan pense qu’il est arrivé à Claudia?

“Qui peut dire qu’elle ne vit pas quelque part, peut-être mariée avec des enfants, mais qu’elle ne peut pas nous contacter pour une raison quelconque?”, Dit-elle.

“Je ne sais pas. C’est de la spéculation. Mais quelqu’un connaît la vérité, et mes petits-fils adolescents, les neveux de Claudia, ne cessent de me dire: «N’abandonne pas, Gran. Continue.”

«Après dix ans, cela ne devient pas plus facile. Chaque Noël, j’aspire à acheter des cadeaux à ma fille, comme toutes les autres mamans.

“Mais je ne peux pas, n’est-ce pas?”

Laisser un commentaire