Alès : un père de famille mis en examen pour avoir secoué son bébé

Le père a reconnu les faits, commis fin novembre. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire. Il est trop tôt pour savoir si l’enfant, dont la vie s’est trouvée menacée, conservera des séquelles neurologiques.

Le père d’un bébé de quelques semaines a été mis en examen ce mardi 10 décembre à Nîmes, pour violences par ascendant sur son fils. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire en dépit des réquisitions du parquet de Nimes qui a, par ailleurs, ouvert l’information judiciaire après les investigations menées par la brigade de recherches d’Alès.

Le pronostic vital du bébé était engagé

C’est dans les locaux de la gendarmerie que ce trentenaire a reconnu avoir secoué son fils fin novembre. Consécutivement à ces violences, le bébé a été transporté au centre hospitalier d’Alès, puis transféré vers le CHU de Montpellier. Le pronostic vital du bébé était engagé et a nécessité une prise en charge en pédiatrie pour le sauver.

A ce stade de l’enquête, les séquelles éventuelles ne sont pas totalement identifiées. Un juge du pôle de l’instruction du TGI de Nîmes est chargé de l’affaire.

Laisser un commentaire