Des ados se partageaient des images pédopornographiques “d’une extrême violence” sur Whatsapp

Dix-sept personnes, en grande partie des adolescents, ont été arrêtées en Espagne pour avoir partagé sur le réseau Whatsapp des images pédopornographiques “d’une extrême violence”, a annoncé la police espagnole mardi.

Ces arrestations interviennent dans le cadre d’une enquête internationale de plus de deux ans menée par la police espagnole et qui a entraîné au total 33 arrestations dans onze pays. En plus des 17 personnes arrêtés en Espagne, neuf autres sont visées par l’enquête, a précise la police. Sur ces 26, 14 sont des mineurs.

Des viols de bébés âgés de quelques mois seulement

En Espagne, “la plupart des personnes arrêtées” sont des mineurs, dont le plus jeune a 15 ans, a indiqué à l’AFP Eduardo Casas, un porte-parole de la police. Selon Eduardo Casas, ces personnes sont accusées d’avoir conservé et partagé des images pédopornographiques, pour certaines “d’une extrême violence” dont des viols d’enfants allant “de bébés de seulement quelques mois à des enfants âgés de 11 à 12 ans”.

Durant son enquête, la police a mis au jour l’existence “d’un groupe Whatsapp formé par des mineurs dans lequel plusieurs des participants normalisaient l’existence de la pédopornographie et les abus sexuels contre d’autres mineurs”, a indiqué la police dans un communiqué.

Des filles mineures migrantes proposées pour être abusées

Au-delà du partage d’images, ces personnes avaient même créé des “stickers” numériques – de petites images facilement transférables comme des émojis – montrant “de très jeunes (enfants) maltraités sexuellement”, a poursuivi la police.

Un homme de 29 ans arrêté

Dans le cadre de son opération, la police indique avoir arrêté un homme de 29 ans qui, en plus d’avoir partagé des contenus pédopornographiques, promettait aux autres membres du groupe le contact de filles mineures migrantes dont ils pourraient abuser car, disait-il, leur situation les empêcherait de demander l’aide de la police.

Au total 20 personnes ont été arrêtées en Europe – dont les 17 arrêtées en Espagne et trois autres en Italie, en France et au Portugal -, 10 en Amérique latine et trois en Inde, Pakistan et Syrie. 

Laisser un commentaire