Corrèze : Un habitant condamné pour avoir fait circuler des images pédopornographiques sur un forum

Un homme de 49 ans a été condamné ce jeudi 12 décembre à Brive (Corrèze) pour avoir importé, détenu et fait circuler des images de mineurs à caractère pornographique. 

Quoi de plus banal qu’un simple transfert de fichiers, d’images sur un ordinateur. Quoi de plus banal qu’un simple copier-coller sur internet ? Quoi de plus condamnable, quand ces simples images transférées sont celles d’enfants violés ?

À la barre du tribunal de Brive, ce jeudi 12 décembre, un père de famille (il a deux enfants, de 8 et 15 ans) « honteux ». Il devait répondre d’importation, de détention et de transmission d’images pédopornographiques, entre 2016 et 2019. « Je ne peux pas expliquer mon geste. Je n’ai pas d’attirance pour les enfants. C’était un échange de photos », a expliqué cet homme de 49 ans, en instance de séparation.

Un habitué de la rubrique adulte sur le forum Skyrock

Le prévenu se rendait régulièrement sur le forum Skyrock, dans la rubrique «  adultes ». Le modérateur du site avait fait un signalement à l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies, en 2016, suite à des échanges illicites. Une enquête avait permis de remonter jusqu’au pseudo du prévenu.

Des milliers d’images pornographiques

Lors de la perquisition, à Brive, deux images pédopornographiques avaient été retrouvées, au milieu de 4.800 images sexuelles d’adultes. En 2017, l’identification d’un utilisateur à Lunéville (Lorraine) avait permis de remonter une seconde fois jusqu’au prévenu. Cette fois-ci, 34 fichiers de mineurs avaient été transférés. 292 images d’enfants en train de subir des actes sexuels imposés avaient été découvertes. En mars 2019, six nouveaux transferts d’images ont été mis au jour.

« Vous prenez plaisir à regarder des filles de moins de dix ans avec un sexe dans la bouche ? » YANN LE BRIS (Procureur de Brive)

Derrière les fichiers, des mineurs violés

Le contraste entre ces faits répétitifs et la défense du prévenu, ont provoqué l’ire du procureur lors de l’audience. « Vous prenez plaisir à regarder des filles de moins de dix ans avec un sexe dans la bouche ? » a demandé, cash, le procureur de la République avant de s’expliquer lors de ses réquisitions. « Il faut sortir du huis clos. Derrière ces images, il y a une réalité. Ces hommes pensent-ils à la mineure violée en visionnant ces fichiers ? Nous ne sommes pas dans le virtuel », a dénoncé Yann Le Bris.

Interdiction de travailler avec des mineurs

Le tribunal a condamné le mis en cause à douze mois de prison avec sursis, assortis d’une mise à l’épreuve pendant trois ans. Il devra suivre des soins et a reçu l’interdiction de travailler avec des mineurs.

Laisser un commentaire