Féminicide en Corrèze : son conjoint reconnaît avoir porté des coups

Le conjoint de la jeune maman retrouvée morte à Ussel, en Corrèze, reconnaît qu’il s’est disputé avec la victime plusieurs heures avant son décès. Mais le mis en cause, qui n’a pas averti les secours après avoir constaté la mort de sa compagne, nie l’avoir tuée.

L’enquête progresse après la mort suspecte d’une habitante d’Ussel, en Corrèze, comme l’a révélé France Bleu Limousin ce dimanche. Le corps de cette vendeuse de 28 ans a été découvert ce vendredi, dans la maison qu’elle partageait avec un homme de 34 ans et leur enfant de deux ans et demi. La garde à vue de son compagnon, arrêté ce dimanche, vient d’être prolongée.

Il tait la mort de la jeune maman

Selon les premiers éléments dévoilés ce lundi après-midi lors d’une conférence de presse par Agnès Auboin, procureur de Tulle, l’homme de 34 ans reconnaît s’être disputé avec la victime et avoir porté des coups. Mais il nie l’avoir tuée. Les faits ont eu lieu dans la soirée du lundi 30 décembre à leur domicile, en présence du fils du couple. Selon ce maçon, elle était en vie quand il est allé se coucher. Il a ensuite constaté le décès de sa compagne le lendemain. ” Pris de panique ” selon ses explications, il est alors allé confier l’enfant à ses beaux parents mais n’a rien dit à personne sur la mort de la jeune mère.

Les causes du décès restent à déterminer

Plusieurs jours d’errance ont alors débuté à Ussel pour le mis en cause, qui n’avait plus fait parler de lui depuis plusieurs années et dans antécédents liés au cannabis. Il s’est alors rendu au domicile d’amis. C’est d’ailleurs là qu’il a été interpellé ce dimanche par les policiers, prévenus par la famille de la victime inquiets de ne pas avoir de nouvelles. Le parquet de Tulle exclut la thèse du suicide puisque des traces de coups ont été découvert sur le corps de la victime. Mais, pour l’heure, il est impossible de déterminer les causes de la mort de la femme de 28 ans. L’autopsie, prévue ce mardi à Limoges, pourrait permettre d’en savoir plus.

Laisser un commentaire