Suisse : L’ex-ami de la jeune Sara a été placé en détention

Ce matin encore, des rubalises, quelques tentes blanches et véhicules de police donnaient à l’embouchure du Bey, d’ordinaire un joli petit coin de nature sur les rives de la banlieue d’Yverdon, un aspect plus que lugubre. Un chien policier. Un véhicule de la brigade du lac. Ce week-end déjà, un hélicoptère survolait le secteur et des gendarmes ratissaient les environs. «Moche», commente un promeneur, glacé par le froid et sans doute les cris des corbeaux.

La police cantonale ne confirme pour l’heure pas l’identité du corps retrouvé lundi. Plusieurs sources rapportent toutefois à «24heures», ainsi qu’à «lematin.ch», qu’il s’agit hélas de la jeune Sara, 17 ans, portée disparue depuis le 27 décembre dernier.

Fille d’une famille originaire d’Afghanistan installée à Baulmes, l’adolescente s’était rendue en train, avec sa petite sœur, au trampoline indoor installé dans la friche Verdan à la sortie d’Yverdon. Sara devait en réalité y retrouver son ex-petit ami avec qui elle entretenait une relation «intermittente».

Selon nos informations, l’individu en question a été placé en détention préventive. Peu avant que les investigations se focalisent en partie sur le quartier des Foulques et ses environs où les agents ont fait du porte-à-porte puis ratissé chaque millimètre. À l’embouchure, un branle-bas a finalement eu lieu lundi matin, rapporte un voisin.

Les proches de la jeune fille, qui s’étaient mobilisés pour diffuser des avis de disparition bricolés, puis ceux de la police, se murent dans le silence et l’émotion. Ils avaient plus tôt laissé transparaître leur vive inquiétude, tandis que le ton de la police, la semaine dernière encore, se voulait paradoxalement rassurant: aucun élément n’indiquait que la jeune fille était en danger, faisait savoir le porte-parole de la police cantonale.

«Sara était une fille charmante, très douée, capable et très intelligente. Elle avait une vie devant elle ici, témoigne, sous le choc, une de ses proches. Je sais que son intégration n’était pas très facile et qu’elle vivait mal les différences culturelles. Elle souffrait, mais c’était une battante.»

Laisser un commentaire