Alicia a été agressée sur le chemin de l’école: “Je n’ose plus sortir seule”

Une adolescente de 17 ans a été violemment agressée lundi alors qu’elle se rendait vers la gare de Torhout pour aller à l’école. L’agresseur n’a pas pu être identifié pour l’instant. Il portait un uniforme de travail. “Il m’a attrapée par la gorge, mais je me suis mise à hurler”, explique Alicia. “Il m’a lâchée, m’a donné un coup de pied dans le dos et s’est encouru”. 

Les faits se sont produits dans le quartier du centre sportif de Lichtervelde, à un jet de pierre du domicile de la victime. “Je viens de commencer dans une nouvelle école à Torhout et je me rendais à pied à l’endroit où une amie m’attend toujours. Nous marchons toujours ensemble jusqu’à la gare. Mais juste avant que j’arrive jusqu’à elle, j’ai été attrapée par l’arrière. Un homme a passé ses bras autour de mon cou et a commencé à faire des mouvements étranges avec les hanches. J’ai commencé à hurler et me suis retournée, mais il a aussitôt fait demi-tour et s’est enfui”.

“J’ai sonné aux portes en suppliant qu’on m’aide”

L’adolescente était  bouleversée et a cherché de l’aide dans le voisinage. “La porte s’est finalement ouverte à la deuxième maison où j’ai sonné: un garçon et sa mère m’ont ouvert devant mon insistance. Lorsque j’ai raconté ce qu’il m’était arrivé, ils m’ont brièvement laissée entrer pour reprendre mes esprits. Je voulais rejoindre mon amie le plus vite possible pour ne pas manquer mon premier jour dans ma nouvelle école. La dame qui m’a laissée entrer chez elle m’a encore regardé partir à pied un moment, pour être sûre que tout allait bien”. 

Alicia avait en réalité remarqué son agresseur quelques instants avant l’attaque. “Il est venu à pied de la direction inverse et a traversé une petite rue qui mène à la piscine. Peu après, j’ai entendu quelqu’un marcher derrière moi d’un pas pressé et c’est là que j’ai été attaquée. Le plus effrayant, c’est qu’il n’a pas dit un seul mot. Mais j’étais soulagée d’avoir pu le chasser. Et j’ai été étonnée aussi qu’il ne s’enfuie pas plus vite. Comme s’il ne pouvait pas courir plus vite que ça”, se souvient-elle. Selon la victime, l’homme mesure environ 1m70 et est assez mince: “Il portait des vêtements de travail mais en fait, je ne les ai pas bien vus”.

Deuxième agression?

La mère de la jeune fille est choquée. “Cela n’aura pas dû arriver. Lorsque Alicia l’a mis en fuite, il lui a d’abord encore donné un violent coup de pied dans le dos avant de partir. Pour moi, c’est lâche. Espérons qu’il se fasse vite arrêter”, commente-t-elle dans Het Laatste Nieuws. La police précise prendre cette plainte très au sérieux. La victime connaît par ailleurs une camarade d’école qui a subi une agression similaire il y a quelque temps près du cimetière de Lichtervelde. 

Alicia garde en tout cas des séquelles de cet événement, même s’il s’est bien terminé. “Je n’ose même plus aller à pied jusqu’à la gare. Il était près de 7 heures du matin lorsque c’est arrivé, il faisait donc encore sombre. Heureusement, une amie de ma mère est d’accord de me conduire à la gare tous les matins, c’est une bonne solution temporaire. J’espère que mon angoisse s’apaisera et que j’oserai bientôt à nouveau retourner en rue toute seule. Bien que je continuerai toujours à regarder derrière moi, afin que cela ne m’arrive pas deux fois”, conclut la jeune fille.

Laisser un commentaire