Joué-lès-Tours : 3 ans de prison pour violence sur la mère de sa fille

A Joué-lès-Tours, le 6 février, il est midi quand les policiers sont appelés pour des violences conjugales sur la voie publique. Fathi vient de pousser son ex-compagne à terre. Elle portait leur fille d’un an et demi dans les bras. La mère s’est recroquevillée en boule pour protéger son bébé. Au sol, elle est rouée de coups. L’enfant a une plaie saignante à la lèvre.

Fathi a quitté les lieux. « J’ai crié, les voisins l’ont fait lâcher prise », raconte la victime. Les policiers interpellent Fathi au volant d’un véhicule. Il refuse d’obtempérer. Alcoolisé, il doit être maîtrisé au sol.

L’Algérien de 32 ans, en situation irrégulière et sans domicile fixe, est convoqué deux jours plus tard devant le tribunal, dans le cadre d’une comparution immédiate. Il est poursuivi pour violences sur son ex-compagne, violences sur un mineur, violation de son interdiction de séjour dans le département, conduite sans permis et en état d’ivresse et refus d’obtempérer.Il est en état de récidive car il a déjà été condamné pour des faits de même nature. La dernière condamnation date d’août 2017, pour violation de l’interdiction de séjour en Indre-et-Loire.

Concernant la journée du 6 février, le prévenu reconnaît seulement avoir poussé son ex-compagne. Mais pas l’avoir frappée.

« Il ne tient pas compte du refus. Il la pousse car elle ne veut pas lui donner l’enfant », dit l’avocate de la victime. L’ancienne compagne ne demande pas de dommages et intérêts mais « qu’il ne s’approche plus »d’elle.

Le procureur requiert quatre ans d’emprisonnement. « Je suis intimement convaincu qu’il n’a porté de coups volontairement à sa fille. Il a besoin d’aide et on lui propose la prison avec une sortie sèche. La prison ne sert à rien pour lui », plaide l’avocate du prévenu.
Le tribunal a condamné le prévenu à trois ans d’emprisonnement.

Source la Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.