Belgique: Condamnée mais pas de peine prononcée pour la mère accusé d’homicide involontaire

Ce lundi matin, elle a été reconnue coupable d’homicide involontaire sur ses deux fillettes, mais a bénéficié de la suspension du prononcé. Elle n’aura pas de casier judiciaire. Il faut dire qu’elle porte, depuis le drame, un fort sentiment de culpabilité.

Le tribunal correctionnel de Mons a accordé, ce lundi matin, la suspension du prononcé de la condamnation à Yoldiz, la maman des deux petites filles. Elle était poursuivie pour homicide involontaire suite à l’incendie qui s’est déroulé le 18 août 2016, rue de Jurbise à Ghlin.

Laura et Mila, âgées de cinq et trois ans, étaient décédées dans l’incendie provoqué par une cigarette qui a mis le feu à un matelas. La maman avait désigné un tiers comme l’auteur de l’incendie, dès le premier jour de l’enquête, mais le fait qu’elle n’avait pas été brûlée a incité le parquet à ouvrir une enquête.

Pour le procureur du Roi, cette femme avait commis deux fautes. Elle avait bu tout en prenant des médicaments et les détecteurs incendie n’étaient pas en ordre dans l’appartement, « ce qui aurait pu permettre de sauver les victimes ».

« Elle a été négligente et reconnaît ses fautes », avait déclaré son avocate qui avait plaidé la suspension du prononcé de la condamnation, laquelle a été accordée par le tribunal qui a déclaré la prévention établie.

Le drame s’était en fait noué vers 2h15 du matin. Yoldiz avait bu 5 ou 6 canettes de Jupiler en compagnie de sa mère. Mais à cause d’un récent AVC, elle prenait aussi des médicaments antidépresseurs. Lorsqu’elle s’est couchée, elle avait amené une canette au pied de son lit. Elle a allumé une cigarette et s’est endormie…

Appel d’air

La cigarette s’est consumée sur le lit et la chaleur a couvé tout un temps dans la mousse du matelas. C’est l’odeur et la chaleur qui ont réveillé la maman. Elle a ouvert sa porte pour secourir ses enfants qui dormaient au second étage et sa mère qui dormait au salon. Mais en ouvrant la porte, elle a provoqué un appel d’air. Impossible de grimper à la chambre des enfants. Détail qui rajoute à l’horreur du drame : une des fillettes a été retrouvée contre la porte coulissante, non fermée à clef. Sa sœur a été retrouvée au sol. Elles ont cherché en vain à quitter le brasier…

« Je n’ai pas voulu ça », avait clamé la maman lors de l’audience, au tribunal. Oui, elle avait bu des bières, elle avait fumé au lit et n’avait pas entretenu ses détecteurs de fumée, mais elle n’a jamais voulu la mort de ses deux petites filles. Le parquet avait insisté sur le fait que la prévenue devra vivre avec sa culpabilité, toute sa vie, une « condamnation » qu’elle aura du mal à faire disparaître…

De nouveau maman

Yoldiz est maintenant maman d’un enfant qui aura bientôt 20 mois. En aparté, son avocate, Me Crappe, avait expliqué : « à l’époque, elle s’est déconsidérée comme mère. Une nouvelle grossesse a été l’occasion pour elle de se démontrer qu’elle pouvait encore être une bonne mère. »

Laura et Mila avaient un grand frère, aujourd’hui âgé de 11 ans. Il est désormais la seule raison de vivre pour son papa. Ce dernier n’a pas souhaité s’exprimer après l’annonce du jugement de ce lundi matin.

Laisser un commentaire