Le Sénat vote la PMA pour toutes, pas le remboursement pour toutes

Hier, les sénateurs ont donné leur feu vert à la PMA pour toutes, suite au rejet des amendements de suppression de la mesure phare du projet de loi de bioéthique.

L’ouverture de la PMA à toutes les femmes a franchi une étape supplémentaire mardi soir au Sénat, malgré l’opposition d’une partie de la droite, avec le rejet de plusieurs amendements qui entendaient supprimer la mesure phare du projet de loi bioéthique. Les amendements de suppression de l’article premier, portés par des sénateurs de la majorité sénatoriale, LR et centristes, mais aussi par un élu LREM, ont été rejetés par 126 voix pour, 162 contre et 37 abstentions, au terme d’un débat nourri. “L’article 1 a été ‘sauvé’“, s’est réjouie la sénatrice PS Laurence Rossignol sur Twitter. Le vote sur cet article, qui consacre l’extension de l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes célibataires, n’interviendra cependant pas avant mercredi, la séance ayant été levée peu avant minuit.

 Les sénateurs ont en revanche annulé le choix, voté par l’Assemblée, de faire rembourser la PMA ainsi étendue par la Sécurité sociale.

La PMA pour toutes divise encore

Le groupe Les Républicains a réaffirmé son opposition à la PMA pour toutes. 83 sénateurs ont voté pour la suppression, soit un peu plus de la moitié (57% du groupe), 23 ont voté contre, 24 se sont abstenus et 14 n’ont pas pris part au vote. Division aussi au sein du groupe Union centriste : 24 pour, 17 contre dont le président de groupe, Hervé Marseille, 5 abstentions et 5 qui n’ont pas pris part au vote. Du côté du groupe LREM, la PMA pour toutes ne fait pas non plus l’unanimité. 18 ont voté contre mais 5 sénateurs ont voté pour les amendements de suppression, dont Alain Richard, co-président de la commission d’investiture. Il estime que la PMA pour toutes “est une première artificialisation de la création de la vie humaine“.