Elisa Pilarski : des nouveaux éléments sur l’affaire

La jeune femme est décédée le 16 novembre en forêt de Retz (Aisne), après avoir été mordue par un ou plusieurs chiens. L’enquête doit encore déterminer les conditions précises de sa mort.

C’est un rebondissement dans l’affaire Elisa Pilarski, cette jeune femme mortellement mordue par un ou plusieurs chiens, le samedi 16 novembre en forêt de Retz (Aisne). Selon nos informations, Christophe Ellul, le compagnon de la victime, s’est séparé de l’avocate qui défendait depuis le début ses intérêts, Me Caty Richard.

Un élément tout sauf anecdotique. En cause, semblerait-il : une divergence de vues concernant la situation de Curtis. Le chien de la victime, qu’ Elisa promenait ce jour-là en forêt, où se déroulait une chasse à courre, avait été placé dès le soir même en fourrière, où il se trouve toujours.

Son maître, Christophe, a notamment monté une cagnotte Leetchi pour financer des avocats spécialisés dans la défense de la cause animale. Avec en toile de fond un objectif notamment : repousser l’évaluation comportementale de Curtis, et surtout que celui-ci soit changé de structure, « pour un endroit plus adapté que là où il se trouve actuellement, et où il reste enfermé 24 heures/24 ».

Christophe Ellul nous confirme par ailleurs qu’il s’est adjoint, en marge de ces deux avocats, les services d’un nouveau pénaliste. De son côté, Me Caty Richard précise qu’elle demeure l’avocate de la famille d’Elisa Pilarski, dont sa maman, Nathalie.

Une femme se serait approprié la cagnotte qu’elle a créée pour Curtis

Polémique autour de la cagnotte qui a collecté 6 800 euros pour permettre de défendre la cause de Curtis, le chien qui accompagnait Élisa Pilarski quand elle est décédée en forêt le 16 novembre dernier. Une personne a proposé au conjoint de la victime de créer cette collecte en ligne sur la plate-forme Leechti. Intitulée « soutien et aide pour Curtis le chien d’Élisa Pilarski et Christophe », elle doit permettre de financer les frais des deux avocats pour repousser l’évaluation comportementale et demander le changement de structure de l’animal, actuellement sous réquisition judiciaire à la fourrière de Beauvais.

Ce mercredi, Christophe Ellul indiquait sur sa page Facebook : « Nous ne pouvons toujours pas régler les avocats, ni la structure qui devrait l’accueillir, car la personne à qui nous avons demandé de créer la cagnotte, s’est permis de se l’approprier au moment où nous avons voulu débloquer l’argent. Malgré de nombreuses mises en garde des avocats et de différentes structures de la protection animale, nous lui avons fait confiance et nous le regrettons. » Il précise également que cette personne « s’est approprié le deuil d’Élisa et Enzo sur les réseaux, de façon très malsaine et elle est devenue très intrusive dans notre vie privée, ainsi que dans celle d’Élisa, qu’elle ne connaissait pas. Elle a profité de ma tristesse pour me faire part de ses soi-disant dons de voyance et ce, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, comme quoi Élisa était avec elle et voulait communiquer avec moi. »

Christophe Ellul indique également avoir contacté la plate-forme que nous avons également jointe sans obtenir de réponse.

Pour Marjo Torosa qui a créée la cagnotte, il s’agit d’un malentendu, et l’effet que cela a produit, risque de faire couler de l’encre. En effet, ce soir sur les réseaux sociaux , la créatrice a indiqué qu’elle comptait déposer plainte contre tous les journalistes, et personnes qui l’accuserait d’avoir détourné les fonds de cette cagnotte. Il s’agit probablement d’une affaire en interne à régler entre le conjoint d’Elisa et Madame Marjo Torosa dont seul peuvent réglés le litige concernant les fonds de cette cagnotte. En sommes aucun éléments en notre possession ne confirme ou infirme que les fonds auraient pu être détournés par cette femme.

Avec LP et RC