Yvelines : Un pompier de Paris mis en examen et écroué pour le viol d’une policière

Un pompier de Paris âgé de 39 ans accusé d’avoir violé une policière à Guyancourt (Yvelines) a été mis en examen et placé en détention provisoire ce vendredi a annoncé le parquet de Versailles.

Il a été identifié par ses empreintes génétiques. Pompier depuis 16 ans à la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), il est désormais en prison en l’attente de son jugement. Cet homme âgé de 39 ans est accusé d’avoir violé une policière dans la nuit du samedi 31 janvier au dimanche 1er février, à Guyancourt dans les Yvelines.

La victime née en 1981 rentrait chez elle cette nuit-là lorsqu’elle a remarqué qu’un homme de grande taille la suivait dans les escaliers de son immeuble, jusque sur son palier. Quelques mots ont été échangés et l’homme a fait mine de se rendre vers un autre appartement raconte Le Parisien.

Un voisin aperçoit l’agresseur qui prend la fuite

Alors qu’elle ouvrait la porte de son domicile, le mis en cause s’est jeté sur elle et l’a attrapé par la gorge. La victime s’est défendue comme elle pouvait mais n’a pu se défaire immédiatement de l’emprise de cet homme fort. Ce dernier l’a fait chuter au sol, lui demandant de l’argent dans un premier temps. Il l’a ensuite violée. La policière est parvenue à se diriger vers la porte de son appartement en hurlant.

L’agresseur a pris la fuite à bord d’une voiture sous les yeux d’un voisin qui avait entendu les cris de la trentenaire. Les forces de l’ordre ont recueilli les premiers témoignages et ont relevé les précieuses traces et indices sur les lieux du crime. C’est par ses empreintes génétiques que le suspect a été confondu.

Déjà connu de la police

Âgé de 39 ans, le mis en cause avait déjà eu affaire à la police en 2012 dans le cadre de son divorce, pour des faits d’abandon de famille. C’est à cette occasion que ses empreintes avaient été relevées et inscrites dans le Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG).

Le militaire travaille au 1er Groupement d’incendie et de secours de la 7e compagnie, à la caserne Blanche (IXe). C’est là qu’il a été interpellé par les policiers de la sûreté départementale des Yvelines, ce mercredi.

Il nie les faits

Le mis en cause qui vit dans les Yvelines avec sa compagne mère de deux filles a alors été placé en garde à vue. Reconnu par la victime, il a d’abord nié les faits durant ses auditions relate le quotidien. « La jeune femme l’a entendu dire qu’il l’avait repérée depuis plusieurs jours », a indiqué une source proche de l’enquête au quotidien. Un élément de l’enquête qui devra être vérifié par les policiers.

Les pompiers de Paris ont précisé « collaborer étroitement avec la justice pour faire éclater toute la vérité dans cette affaire », tout en rappelant qu’il s’agit « d’un acte individuel commis hors service ».