Enlèvement à Angers : la petite Vanille est morte, son corps a été retrouvé

Sa mère a avoué l’avoir tuée puis a expliqué aux enquêteurs où se trouvait son corps, a déclaré le procureur d’Angers.

La petite Vanille, un an, a été retrouvée dans une benne à vêtements près d’Angers, après que sa mère a avoué l’avoir tuée, a annoncé le procureur de la république d’Angers, Eric Bouillard. Selon lui, la victime a été tuée dès vendredi, entre 13h et 15h, «mais cela mérite d’être précisé», a déclaré le magistrat.

Nathalie Stephan, retrouvée ce dimanche matin, aurait avoué aux enquêteurs avoir «étouffé» son enfant, puis, «après une longue mise en confiance» par les enquêteurs et après avoir tenu des «explications diverses et parfois fantaisistes», elle aurait fini par leur révéler où elle avait laissé le corps.

Sa garde à vue, d’abord pour «soustraction de mineurs par un ascendant» puis pour «meurtre», se poursuit ce dimanche soir. «Selon son état de santé, elle ira en détention ou ça peut être aussi une hospitalisation», a rappelé Eric Bouillard, qui a ajouté qu’elle encourrait la perpétuité dans le cas où elle serait pénalement responsable.

Âgée de 39 ans, la meurtrière présumée présente des troubles psychiatriques importants. Elle a notamment souffert d’un épisode suicidaire il y a plusieurs mois, selon Eric Bouillard, qui a indiqué qu’elle avait déjà fait l’objet d’un épisode d’enlèvement par le passé avec une autre de ses filles.

Vanille était placée en famille d’accueil

Une alerte enlèvement pour la petite fille Vanille avait été déclenchée samedi, tard dans la soirée. «Vanille, de sexe féminin, âgée de 1 an, de type métisse, mesurant 1m, yeux noirs, cheveux couleur brun foncé, courts et frisés, aurait été enlevée à Angers (Maine et Loire), 3 rue Lebas le 7 février 2020, vers 17H30. Le suspect est sa mère Stephan Nathalie, âgée de 40 ans, vêtue d’une doudoune et d’un legging, et susceptible de se déplacer en transport en commun dans l’agglomération angevine», détaillait cette alerte.

Le procureur a expliqué que cette alerte n’avait pas pu permettre de retrouver l’enfant vivant, mais avait permis de retrouver la mère. «Lorsque l’alerte a été donnée samedi soir, le geste criminel avait déjà été commis», a expliqué le procureur. La petite Vanille était placée depuis un an dans une famille d’accueil, et sa mère, qui pouvait l’accueillir régulièrement, ne l’a pas remise vendredi à la référente de l’aide sociale à l’enfance.PUBLICITÉ

«Au moment de sa disparition, Nathalie Stephan était libre de sortir avec sa fille mais elle devait en fin de journée la remettre à la référente de l’aide sociale à l’enfance», avait précisé le procureur lors d’une première conférence de presse. L’enfant a été «placée par le juge des enfants mais la solution d’hébergement (de sa mère, ndlr) a permis à la mère durant un an de voir régulièrement son enfant». Nathalie Stephan était accueillie depuis la naissance de sa fille au centre maternel d’Angers, un foyer pour femmes enceintes et mères isolées accompagnées d’enfants de moins de trois ans, ayant besoin d’un soutien matériel et psychologique.