Isère : un père incestueux condamné à 4 ans de prison ferme

Trois sœurs, désormais majeures, ont révélé récemment avoir subi des viols commis par leur père durant leur enfance et leur adolescence. L’homme a été jugé et condamné ce jeudi 20 février par le tribunal judiciaire de Bourgoin-Jallieu.

l’écoute de la sentence, son visage est resté impassible. Pas un mot, pas un geste trahissant un quelconque sentiment. Et c’est encadré par trois policiers que ce père de famille a quitté le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu afin de mettre à exécution la peine qui venait tout juste d’être prononcée par le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu à son encontre : quatre ans de prison ferme, assortis d’un mandat d’écrou.

Trois sœurs sur le banc des victimes

Pendant près de quatre longues heures, jeudi 20 février après-midi, le tribunal a plongé dans le terrible huis clos d’une famille nord-iséroise : de multiples agressions sexuelles incestueuses imposées par un homme sur ses trois filles aujourd’hui adultes. Des faits anciens, commis entre 1989 et 2002, alors que les victimes avaient moins de 15 ans. Des faits qui n’ont été révélés que récemment. Leur mère était alors sous l’emprise totale de son mari. Mais à la suite de la révélation des faits, elle a aussitôt engagé une procédure de divorce.

Serrées sur le banc des victimes, faisant bloc, les trois sœurs ont tenu à faire face à leur père, tout en réclamant le huis clos total de l’audience. Une demande acceptée par le tribunal pour assurer la sérénité des débats. C’est en pleurs que les trois sœurs sont sorties de cette audience éprouvante mais libératrice, attendant fébrilement le jugement.

Selon une source proche du dossier, le prévenu, âgé aujourd’hui de 58 ans, aurait déclaré ne plus se souvenir. Il avait été placé sous contrôle judiciaire entre la fin de sa garde à vue et sa comparution. L’homme était jusqu’alors inconnu de la justice, excepté pour des faits de cambriolage remontant à plus d’une trentaine d’années selon ses propres aveux.

Le tribunal a donc prononcé une peine de quatre ans d’emprisonnement. Mais également un suivi sociojudiciaire strict de cinq années qui s’appliquera aussitôt à sa sortie de prison. Il devra également verser des dommages et intérêts aux trois victimes. Enfin, le tribunal a constaté son inscription au Fijais, le Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles et violentes.