VAR : Après leur disparition, la mère interpellée, la fille retrouvée

Cindy C., originaire de Sainte-Maxime et âgée d’une trentaine d’années, a été interpellée mardi à Paris et placée en garde à vue.

Recherchée avec sa fille pour « disparition inquiétante », Cindy C. a été interpellée mardi après-midi par la brigade des mineurs à Paris avec sa fille.

Depuis hier 16 h, cette mère d’une trentaine d’années, une ostéopathe maximoise, est en garde à vue pour « soustraction d’enfant ».

« Une situation déplorable » pour son avocate Me Nathalie Tomasini, dont le cabinet parisien est spécialisé dans les violences intra-familiales.

D’IMPORTANTS DIFFÉRENDS FAMILIAUX

Cette affaire se déroule sur fond de lourds différends familiaux entre les parents de la petite fille de trois ans, séparés depuis février 2019.

Des différends qui ont conduit à la saisine (1) par Cindy C. du juge des enfants, par courrier du 14 mai 2019, pour des « faits inquiétants ».

À la suite de cette saisine, le juge des enfants du tribunal de grande instance de Draguignan avait ordonné une mesure d’investigation éducative, au bénéfice de la petite fille.

Le 28 mai 2019, le père de la fillette a assigné Mme C., sollicitant le juge aux affaires familiales de fixer la résidence de l’enfant en alternance au domicile des parents. Une requête acceptée par le juge le 5 juillet 2019.

Le 8 juillet 2019, Cindy C. a déposé plainte devant le procureur du tribunal de grande instance de Draguignan.

Une audience s’est tenue le 24 février dernier, pour évoquer le rapport issu de la mesure judiciaire d’investigation éducative : celui-ci préconisait la mise en place d’une mesure éducative en milieu ouvert. Une audience pour laquelle les avocats des deux parties avaient sollicité un renvoi, aux motifs de leur soutien à la grève des avocats.

Mais « contre toute attente, l’audience s’est tenue en l’absence des parties et de leurs conseils et a conduit à un placement de la fillette au centre d’aide sociale à l’enfance du Var jusqu’à fin août. Une situation extrêmement traumatisante pour ma cliente, qui l’a conduite, semble-t-il, à prendre la fuite avec sa fille », a souligné l’avocate de Cindy C., qui va même jusqu’à évoquer « un dysfonctionnement de la justice évident ».

Une audition était prévue ce jeudi 5 mars auprès du juge des enfants en présence de toutes les parties : parents, avocats et aide sociale à l’enfance.

Mais l’interpellation de la mère mardi après-midi pourrait donner une autre tournure à cette douloureuse affaire familiale.