Une enseignante suspendue après avoir montré une photo de son amoureuse à ses élèves.

Une enseignante du Texas qui avait été suspendue pour avoir montré à ses élèves une photo de son amoureuse de l’époque a obtenu un dédommagement de 100 000 $.

C’est lors d’une conférence de presse qu’elle a présentée cette semaine que Stacy Bailey a déclaré qu’elle ferait don de 10 000 $ de son argent à un organisme de bienfaisance qui aide les élèves LGBTQ dans les écoles: “Si vous êtes une commission scolaire et vous pensiez pouvoir intimider un enseignant gay hors de son emploi, j’espère que vous vous souviendrez de mon nom et j’espère que vous y réfléchirez à deux fois”.

Bailey, qui a remporté deux fois le prix de l’enseignante de l’année à l’école primaire Charlotte Anderson à Arlington, a intenté une poursuite pour discrimination contre le MISD en 2018.

Dans un communiqué de presse qui avait été publié par la commission scolaire, on y avait expliqué que l’enseignante de 33 ans avait été suspendue en septembre 2017 suite à “des plaintes de parents au sujet de Mme Bailey discutant de son orientation sexuelle avec des élèves d’âge primaire”.

La plainte portait sur le fait qu’elle avait montré une photo lors d’un diaporama d’introduction d’elle et de sa fiancée de l’époque, Julie Vazquez, habillée en personnages de Finding Nemo, tout en disant à ses élèves qu’il s’agissait de sa “future épouse”.

Un parent s’était plaint au district scolaire que l’enseignante faisait la promotion d’un “programme homosexuel”.

Selon Bailey, cette plainte en provenance d’un parent était sans fondement: “Lorsqu’une enseignante hétérosexuelle annonce avec bonheur à sa classe qu’elle et son mari attendent un bébé, dit-elle quelque chose d’inapproprié à ses élèves? Annonce-t-elle son orientation sexuelle ? Est-ce qu’elle présente sa vie d’une manière qui favorise ses convictions politiques? Bien sûr que non. Elle partage simplement des faits sur sa vie.”

Selon les termes de l’entente, la commission scolaire retirera la suspension du dossier permanent de Bailey, offrira aux membres du personnel une formation obligatoire sur les questions LGBTQ et votera sur l’ajout ou non de la “discrimination sexuelle” à sa liste de lutte contre la discrimination.

La commission scolaire doit également payer un total de 100 000 $ à Bailey et à son avocat, Jason Smith. Bailey et sa femme prévoient faire un don de 10 000 $ à un organisme de bienfaisance pour les étudiants LGBTQ, tandis que Smith fera un don de 10 000 $ à la Campagne des droits de la personne.

Après une suspension de huit mois en tant que professeur d’art à l’école primaire, Bailey a été réaffectée à une école secondaire locale.

En octobre, un juge fédéral a statué que la poursuite intentée par Bailey pour discrimination et violation de ses droits constitutionnels pouvait être intentée. Le juge Sam Lindsay avait notamment déclaré: “Si la perception de la communauté n’est fondée sur rien de plus que des hypothèses non étayées, des stéréotypes dépassés et de l’animosité, elle est nécessairement irrationnelle et […] n’apporte aucun soutien légitime aux décisions de Mansfield ISD. L’antipathie privée de certains membres d’une communauté ne peut pas valider la discrimination de l’État”.

L’affaire a été entendue au tribunal fédéral du district nord du Texas à Dallas.