Qui en voulait à Samuel Franchet, 38 ans, abattu, poignardé et découpé en morceaux ?

Un cadavre découpé en morceaux a été retrouvé mercredi entre une petite route de campagne et une rivière dans le Perche, sur la commune des Autels-Villevillon, en Eure-et-Loir.

C’est un automobiliste qui a fait la macabre découverte alors qu’il circulait sur la D30. Après avoir aperçu une masse sombre, il a stoppé son véhicule et a vu avec effroi un tronc humain et des jambes.

Les gendarmes, dépêchés sur place, ont retrouvé cinq heures plus tard, abandonnés dans un fossé, les bras et la tête de cet homme, à quelques centaines de mètres de son domicile.

La victime s’appelait Samuel Franchet et était âgé de 38 ans. Ce père de deux enfants était séparé de sa compagne depuis quelques années.

Il a travaillé durant 22 ans comme couvreur dans une entreprise de charpente couverture à La Bazoche-Gouet, situé à 4 km de son domicile.

Ses patrons et collègues le décrivent comme un ouvrier modèle, un travailleur sérieux, ponctuel et courageux.

Mais, dernièrement, il avait eu plusieurs arrêts de travail et, en novembre dernier, il avait annoncé qu’il démissionnait. Il s’est ensuite rapidement marginalisé et est tombé dans l’alcool.

L’autopsie a révélé qu’il avait été tué par arme à feu, poignardé puis découpé à la scie avant d’être abandonné au bord de la route. Son décès remontait à un ou deux jours avant la découverte du corps.

On ne connaissait pas d’ennemis à ce père de famille sans histoire. Il a juste été condamné une fois pour conduite en état d’ivresse.

Selon les gendarmes, sa famille s’inquiétait depuis quelques heures de sa disparition. L’enquête se poursuit.