Psycho/couple : Comment ne pas se déchirer pendant le confinement

Passer ses journées chez soi avec sa moitié peut se transformer en cauchemar lorsque les problèmes de communication et les tensions s’accumulent. Deux expertes donnent quelques conseils pour renforcer les liens et éviter l’explosion du couple.

Vivre confiné est déjà une épreuve assez rude en elle-même. Mais quand il s’agit de partager un espace plus ou moins limité avec sa moitié, ça peut se compliquer davantage. Votre couple va-t-il survivre à l’épreuve du confinement ? Tout dépend de votre point de départ. Si vous aviez déjà l’habitude de vivre ensemble en toute sérénité, vous ne serez pas confronté aux mêmes difficultés qu’un couple qui vient de se séparer mais qui doit partager le même appartement, qu’un couple qui ne s’entend pas, qu’un couple infidèle, qu’un couple naissant qui doit supporter la distance, ou encore qu’un nouveau couple venant d’emménager ensemble.

Plusieurs autres facteurs vont peser sur la balance : la présence des enfants, un éventuel problème de santé, le télétravail, le chômage, le travail en extérieur, la famille recomposée, la belle-famille qui partage le même toit… autant dire que les sources de conflit sont multiples.

“Les difficultés sont exactement les mêmes que hors confinement, mais dans la situation actuelle, le déséquilibre qui créé des tensions risque de s’aggraver”, résume Virginie Clarenc, sexothérapeute et thérapeute de couple.

Le stress conjugal, une lutte pour le pouvoir, la communication compliquée, la répartition des charges, le manque de recul et d’espace, la pression sexuelle et affective, le sentiment de solitude ou d’abandon… cette situation imprévisible et extraordinaire nous fait perdre tous nos repères. La bonne nouvelle est qu’il existe des solutions pour travailler et se redécouvrir ensemble.

Verbaliser ses émotions

Pour la psychanalyste Sylvie Chauvin, tout se joue au niveau de la verbalisation des tensions. “Même les ressentis les plus anodins doivent être exprimés pour éviter de cumuler. Quand la verbalisation n’est plus possible, passez par l’écrit pour prendre le temps de réfléchir à vos “maux”. Et si une discussion tourne en rond, il faut savoir l’arrêter, prendre un temps de pause chacun pour soi, puis la reprendre plus tard.” 

Les règles d’or pendant le confinement : trouver des compromis et prendre du temps pour soi. “L’individu créé le couple. Si l’individu va mal, le couple va mal aussi. Ce n’est pas de l’égoïsme mais du bon sens“, insiste-t-elle.

Se souvenir du début de son histoire d’amour

Virginie Clarenc propose une série d’exercices pour mettre à profit le temps à disposition pendant la quarantaine. Le premier consiste à se souvenir du début de son histoire d’amour. Posez-vous la question : “Qu’est-ce qui m’a plu chez elle·lui quand je l’ai rencontré·e ?” Chaque partenaire peut raconter à l’autre son souvenir exact et la façon dont il est tombé amoureux, avec ses détails différents et sa version personnelle de l’histoire.

Faire des projets

Deuxième exercice : ressusciter des projets individuels et communs. Au sein du couple, nous n’avons pas toujours les mêmes besoins au même moment. C’est donc la période idéale pour redéfinir ses projets personnels, et essayer de coucher ses objectifs sur papier, dans tous les domaines. Pensez aux rêves que vous voulez réaliser pour vous accomplir, des plus petits aux plus grands, puis faites la même chose pour le couple.

Un jeu pour alterner le pouvoir

Le troisième exercice est très utile en cas de soucis et de disputes constantes sur des sujets du quotidien. Il s’agit du jeu de l’alternance du pouvoir. Chaque partenaire choisit les jours pairs ou impairs. En cas de désaccord, c’est la personne qui détient “le pouvoir” à ce jour donné qui aura le dernier mot.Les buts : lâcher prise, arrêter la lutte pour le pouvoir, apprendre de l’autre, se mettre à sa place, et retrouver enfin la paix.

Les clés de la communication

D’autres astuces de Virginie Clarenc peuvent vous aider à sortir de certaines impasses.

  • Essayez de parler à la première personne. Chacun est responsable de ses émotions et de ses besoins. Parler pour l’autre, c’est faire de l’interprétation.
  • Cherchez le besoin non satisfait qui se cache derrière une émotion négative. La colère, par exemple, peut naître d’un besoin d’aide. Une fois que vous l’avez identifié, exprimez uniquement ce besoin, même s’il vous paraît évident.
  • Partez du principe que l’autre est de bonne foi, respectez-le, tenez compte de ses différences, et ne pensez pas qu’il ressent forcément les mêmes choses que vous.
  • Si vous avez des enfants, planifiez tout. Temps d’écran, tâches ménagères, moments sans être dérangés (pour tous), temps de travail, etc.
  • Apprenez à vous excuser quand vous avez tort… et parfois même quand vous avez raison. Ce réflexe peut désamorcer une situation explosive, la dédramatiser, et la reporter à un moment plus propice.
  • Apprenez à pardonner. Bouder dans un coin pendant des journées entières est invivable pendant le confinement. Chacun gère le stress à sa façon, et on a parfois besoin d’espace pour se calmer et s’isoler. Une fois ce temps de pause terminé, il est inutile de le prolonger.
  • Profitez et abusez de l’humour pour faire revenir la bonne humeur à la maison, c’est vital !
  • Respectez les moments privés, le consentement, et n’oubliez pas que cette situation est inhabituelle et temporaire.
  • Enfin, si la situation devient trop compliquée à gérer, n’hésitez pas à vous faire aider par un·e thérapeute en téléconsultation. Si vous suiviez déjà une thérapie, essayez de ne pas l’interrompre, pour votre bien-être et celui de votre foyer.

Tous ces conseils ne sont pas à prendre en compte en cas de violences conjugales. Les femmes victimes de ce type de violences peuvent contacter le 3919. Gratuit et anonyme, ce numéro est accessible 7 jours sur 7 (de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedis, dimanches et jours fériés).

Comment sauvegarder son couple pendant la quarantaine ?
© Logo 3919