Référé de Laura Smet et David Hallyday sur le disque posthume de leur père

Laura Smet et David Hallyday ont intenté une action en référé pour obtenir un droit de regard sur l’album posthume de Johnny Hallyday, ainsi que le gel de son patrimoine dans l’attente du règlement du litige sur l’héritage du chanteur qui les oppose à Laeticia Hallyday, ont indiqué leurs avocats samedi.

Affirmant avoir essuyé un refus de la veuve de Johnny, Laura Smet a décidé de saisir la justice pour « prendre connaissance du projet d’album posthume afin de pouvoir exercer ses prérogatives d’héritier, pour pouvoir confirmer le respect de l’intégrité artistique de l’entier contenu de cet album dont la presse a annoncé qu’il aurait été récemment terminé », a dit un de leurs avocats Emmanuel Ravanas.

Avec son frère, Laura Smet a saisi en référé (en urgence) le président du tribunal de grande instance de Nanterre « afin de se voir autorisée à prendre des mesures conservatoires et notamment de se voir communiquer sous 48h le projet d’album ».

Les enfants de Johnny ont également demandé le gel des biens immobiliers du chanteur, soit plusieurs villas de luxe à Los Angeles, Saint-Barthélémy et Marnes-la-Coquette, près de Paris, et la mise sous séquestre de ses droits d’auteur. L’audience est fixée au jeudi 15 mars à 14H30.

Deux mois après la mort de Johnny Hallyday, les deux aînés du rocker, David et Laura, ont lancé une première action en justice en début de la semaine pour contester le testament américain de leur père au seul profit de sa veuve. La procédure devrait durer plusieurs mois. Le camp adverse leur oppose des donations dont ils auraient bénéficié du vivant du chanteur.

« Principalement préoccupée par la défense de l’œuvre de son père », Laura Smet affirme cette fois que Laeticia lui a « sèchement opposé une fin de non-recevoir à sa demande de communication amiable, s’inscrivant dans le cadre de relations familiales normales, de ce projet d’album finalisé dont elle ne sait que très peu de choses ».

« Johnny Hallyday avait fait écouter avec fierté le 4 octobre dernier les premiers enregistrements bruts de quelques titres de l’album à sa fille Laura », selon les avocats.

Johnny Hallyday, mort le 6 décembre d’un cancer du poumon, a travaillé une grande partie de l’année 2017 à ce 51e album studio, inachevé, pour lequel une dizaine de chansons ont été enregistrées.

David, 51 ans, et Laura, 34 ans, dont la mère est Nathalie Baye, estiment que les modalités de succession de leur père les « déshéritent », ce qui n’est théoriquement pas possible en droit français.

Sollicité par l’AFP, le service de presse de l’avocat de Laeticia Hallyday n’a pas immédiatement réagi.

Line Renaud, la marraine de Johnny, trouve « terrible », la querelle au sujet de l’héritage du chanteur, dans un entretien au Parisien Dimanche.

« Ces choses-là auraient dû se régler en famille. Je pense que cela ferait beaucoup de chagrin à Johnny de voir cela », souligne Line Renaud pour qui « la sagesse est qu’ils s’arrangent entre eux. J’espère qu’il est encore temps. Moi, je n’ai pas à prendre parti. »

Pour Line Renaud : « Mon Johnny restera toujours mon Johnny. Quelle que soit l’image qu’on veut en donner, il restera tel que je l’aimais, mon filleul. »

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.