Attaque de Romans-sur-Isère: ce que l’on sait de l’assaillant et des possibles raisons de son geste

Des manuscrits à connotation religieuse ont été retrouvés chez l’auteur des agressions qui ont fait 2 morts et 5 blessés dans la Drôme. Ce samedi soir, le PNAT Parquet National Antiterroriste s’est saisi de l’affaire. La piste terroriste est donc privilégiée à ce stade de l’enquête.

Dès le milieu d’après-midi ce samedi, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner présent à Romans-sur-Isère qualifiait le périple meurtrier de “parcours terroriste”. Les débuts de l’enquête sur l’auteur semblent expliquer cette phrase du ministre. Lors de la perquisition effectuée peu avant midi au domicile du tueur Abdallah A.O. dans le centre ville de romans, des manuscrits à connotation religieuse ont été découverts. 

Des écrits mettant en cause “les mécréants”

Des documents dont on ignore à ce stade s’ils sont de la main de l’agresseur, qui mettent en cause “les mécréants” qui l’entourent. L’auteur du texte se plaint de vivre “dans un pays de mécréants” mais n’appelle pas pour autant à les tuer. Il  faut ajouter que l’homme, lorsqu’il a été interpellé, était agenouillé et semblait prier en arabe. Ses propos à ce moment là ont été traduits aux policiers par un témoin parlant la langue. Abdallah A.O. aurait dit : “il n’y a de Dieu que Dieu et Allah est son prophète”. 

Inconnu des services de police et de renseignement

L’auteur des attaques est né au Soudan. Agé de 33 ans, il a obtenu le statut de réfugié en France en juillet 2017. Il était jusqu’à ce jour inconnu des services de police, et même des services de la sécurité intérieure.  L’homme n’a par ailleurs aucun antécédent pour d’éventuels troubles psychologiques. Au regard de ces premiers éléments, le parquet national antiterroriste s’est saisi de l’enquête. 

Bien intégré à Moras-en-Valloire

Abdallah A.O. ne logeait à Romans que depuis le mois de janvier dernier, il était auparavant colocataire d’un appartement à Moras-en-Valloire dans le Nord Drôme depuis septembre 2018. Ce samedi, le maire de la commune Aurélien Ferlay tient à dire toute son horreur et son incompréhension face aux attaques perpétrées à Romans. Mais l’élu précise aussi :

Rien, absolument rien ne le laissait présager 

Aurélien Ferlay  tient à rappeler que lors de son passage dans le Nord Drôme, le Soudanais avait suivi une formation en maroquinerie a l’AFPA de Romans et travaillait dans une maroquinerie proche de Moras-en-Valloire. “Il était suivi par les services de l’Etat et le secours catholique” explique le maire qui ajoute “il partait travailler en vélo chaque jour, était poli avec mes services et n’a jamais posé aucune difficulté sur la commune .”

Ce samedi soir, le Soudanais de 33 ans est en garde à vue. Elle peut durer jusqu’à 6 jours désormais dans le cadre d’une affaire terroriste.