INSOLITE: Il est privé de relations sexuelles après une opération du pénis qui tourne au désastre

Un jeune homme a décidé de porter plainte au pénal contre son chirurgien après une succession d’opérations d’agrandissement du pénis qui ont mal tourné.

Un véritable calvaire. Un homme de 27 ans, prénommé Sébastien, a décidé de porter plainte au pénal après deux opérations visant à agrandir son pénis mais qui se sont révélées un désastre, rapporte Le Parisien.

C’est en 2013 que Sébastien, complexé depuis longtemps par la taille de son sexe, décide de subir une « pénoplastie ». Une première intervention a lieu en novembre 2013, une deuxième en juin 2014. Mais un « effet couronne » apparaît, c’est-à-dire un rétrécissement de la base du pénis.

« J’ai commencé à perdre des morceaux de peau »

Le chirurgien décide alors, lors d’une session à titre gracieux de février 2015, d’injecter de l’acide hyaluronique dans le membre de son client. La manœuvre est un « fiasco » et le jeune homme ne peut plus avoir de relations sexuelles depuis…

« Mon pénis est devenu très douloureux avec un sentiment de brûlure intense,  raconte-t-il. Des boules sont apparues et mes érections étaient de plus en plus inutilisables. J’ai aussi commencé à perdre des morceaux de peau. »

Un produit polémique

Le produit contenant l’acide hyaluronique est du Macrolane, contre-indiqué pour une utilisation sur les organes génitaux masculins et féminins. « Il n’y a pas de contre-indication à utiliser ce produit au niveau de la verge et je le fais régulièrement », explique pourtant le spécialiste dans une lettre à son patient d’octobre 2015.

« Comme un boucher »

Face aux douleurs, le médecin décide de retirer le Macrolane, « à la main, dans son cabinet et sous anesthésie locale seulement », note le quotidien francilien. « Il s’agissait de faire des incisions à la base de mon pénis et de presser dessus pour faire sortir le liquide, explique Sébastien. En tout, il est intervenu à six reprises entre février et mai 2015. »

« Le médecin s’est comporté comme un boucher, affirme de son côté l’avocat de Sébastien. Ses actes sont dangereux et il ne s’est jamais remis en question. Mon client a été victime d’une succession de fautes effrayantes. » Après une opération au civil, Sébastien vient donc d’entamer une procédure au pénal, pour « risques causés à autrui », « tromperie » et « blessures involontaires ».

D’après le Bien Public

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.