Oise : Un appel à témoins pour retrouver le chauffard de la mort de Nora Collet

La femme retrouvée morte, écrasée le long de la route, le 19 mars, à Blérancourt dans l’Aisne, a été identifiée. Il s’agit de Nora Collet, 44 ans, une décoratrice d’Elincourt-Sainte-Marguerite, dans l’Oise, disparue depuis cette même date.

Le 22 mars dernier, un appel à témoins sur la disparition inquiétante de Nora Collet, 44 ans, était relayé sur les réseaux sociaux. La jeune femme habitant Elincourt-Sainte-Marguerite n’était pas rentrée chez elle depuis le 19 mars à 23 h 30 et avait été vue une dernière fois aux alentours de Blérancourt (Aisne) à la frontière de l’Oise.

Le lendemain, le corps sans vie d’une femme, vraisemblablement percutée par un véhicule alors qu’elle marchait le long de la route, était découvert sur la D6 entre Blérancourt et Vézaponin. Le corps n’était pas alors pas identifiable. A la suite d’analyses ADN, les gendarmes de la brigade de recherches de Laon, en charge de l’enquête, ont pu confirmer, jeudi 9 avril, que le corps retrouvé était bien celui de Nora Collet.

Son frère Jonathan raconte : «Le soir du jeudi 19 mars, vers 22h30, nous sommes appelés, ma sœur et moi, par l’hôpital de Reims à propos de l’état de santé de notre mère qui souffre d’un cancer. Nous devons venir rapidement à l’hôpital. Ma sœur et son compagnon prennent tout de suite la route de Reims. Pendant le trajet, le compagnon de ma sœur dit qu’elle est prise de panique. Il ralentit et avant même de s’arrêter, ma sœur aurait sauté du véhicule. Il explique alors qu’il va faire demi-tour pour la chercher. Cela dure 20 minutes, sans succès. Alors il retourne à leur domicile en pensant qu’elle réussira à rentrer par ses propres moyens. Sauf qu’il y a plus d’une demi-heure de route entre Elincourt et Blérancourt donc je ne vois pas comment elle aurait pu rentrer.»

Son compagnon devrait être réentendu

Le lendemain, Nora Collet n’est pas rentrée au domicile et n’a pas donné de nouvelles. Jonathan Collet lance le 22 mars un appel à témoins pour tenter de retrouver sa sœur. «Les gendarmes nous ont dit dès le vendredi 20 mars qu’ils avaient retrouvé un corps, mais il était tellement abîmé qu’ils n’ont pas voulu nous dire si c’était elle, même en se basant sur les éléments matériels dont ils disposaient», dit le frère.

Jeudi 9 avril, le verdict est donc tombé. Reste maintenant à retrouver le chauffard qui a percuté la jeune femme. «Les gendarmes nous ont dit que c’est un camion, ça, c’est certain, et qu’ils sont en investigation pour retrouver le chauffard qui d’après leurs constatations par rapport aux traces de freinage sur la route, s’est arrêté après avoir percuté ma sœur et a fait un délit de fuite, dit Jonathan, le frère de Nora. Ils m’ont aussi dit que le compagnon de ma sœur devrait être réentendu pour qu’il éclaircisse certains points.»

Appel à témoins

Les gendarmes de Laon et Coucy-le-Château sont à la recherche de témoignages pour tenter de retrouver le chauffard. Dans le secteur de Noyon et de Compiègne, Nora Collet était connue pour la boutique de décoration et de restauration de meubles anciens qu’elle tenait depuis plusieurs années à Elincourt-Sainte-Marguerite. Les obsèques de Nora Collet, maman de deux enfants, Louis, 10 ans et Hannah, 5 ans, auront lieu jeudi 16 avril à 15 heures à Bruyères-et-Montbérault, un village situé près de Laon, dont elle était originaire.

L’appel à témoins :

Dans la nuit du 19 au 20 mars 2020, le corps sans vie d’une femme est découvert sur la route départementale 6 entre les communes de Blérancourt (02) et Vézaponin (02).

Tous les automobilistes ayant emprunté cet itinéraire entre 22 heures et 02 heures la nuit de la découverte du corps, et qui sont susceptibles de fournir des renseignements, sont invités à prendre contact sans délai avec les services de gendarmerie suivants :

– brigade de recherches de Laon : 03 23 22 53 56  ou par mail : br.laon@gendarmerie.interieur.gouv.fr

– brigade de gendarmerie de Coucy-le-Château : 03.23.38.36.17  ou par mail : cob.coucy-le-chateau-auffrique@gendarmerie.interieur.gouv.fr

Source Oise Hebdo.