Agressées et violées, deux adolescentes écopent d’une amende pour non-respect du confinement

Deux adolescentes russes ont été agressées et violées alors qu’elles se promenaient dans les rues de Krasnoïarsk, en Russie, durant le confinement. Comble du cynisme, les deux victimes ont chacune écopé d’une amende pour violation des mesures de restriction.

Les faits se sont déroulés le 20 avril dernier dans la ville de Krasnoïarsk, en Sibérie. Deux jeunes filles de 17 et 18 ans ont été attaquées et agressées sexuellement. L’une des deux victimes a été violée, l’autre gravement agressée sexuellement. Elles ont également été dépouillées de leurs bijoux et de leurs téléphones.

Après leur agression, les deux victimes ont porté plainte et la police a pu interpeller un suspect de 55 ans. L’homme avait en sa possession les objets volés. Il fait maintenant l’objet de cinq enquêtes, notamment pour crimes sexuels, vols et violences.

Mises à l’amende

Le hic, c’est que la police russe a également infligé une amende de 3.000 roubles (soit 33 euros) aux deux victimes pour avoir enfreint les règles de confinement. Amies, elles s’étaient donné rendez-vous pour une balade alors que seules les sorties essentielles étaient autorisées, comme se rendre chez le médecin, à la pharmacie ou au supermarché.

Ekaterina Rositskaya, chef du service de presse du ministère de l’Intérieur de Krasnoïarsk, a confirmé la sanction. “Après avoir découvert les filles dans la rue la nuit – sans nécessité urgente – la police a rédigé des rapports et les a envoyés à l’administration du district”, explique-t-elle.

Toutefois, après la médiatisation de l’affaire, les amendes ont été supprimées…