Attentats de janvier 2015 : Hayat Boumeddiene serait toujours vivante, une nouvelle enquête antiterroriste ouverte

L’épouse du terroriste de l’Hyper Cacher, Amedy Coulibaly serait encore vivante. Hayat Boumeddiene aurait été aperçue dans le camp syrien d’Al-Hol en octobre 2019. Le parquet national antiterroriste (PNAT) a ouvert une nouvelle enquête.

Hayat Boumeddiene qui a été donnée pour morte en zone irako-syrienne serait-elle toujours en vie ? Un témoignage affirme que oui. La veuve du terroriste Amedy Coulibaly avait quitté la France pour se diriger vers la Turquie, peu avant les attaques de janvier 2015, elle est depuis activement recherchée.

Aujourd’hui âgée de 31 ans, la jeune femme aurait échappé aux forces arabo-kurdes l’an passé. Une djihadiste française, interpellée à son retour en France, a été interrogée par les services de renseignement raconte France 2.

Lors de ses auditions, elle a affirmé qu’Hayat Boumeddiene était encore vivante en octobre 2019. Elle l’aurait croisée alors qu’elles étaient toutes deux retenues dans l’immense camp d’Al-Hol, en Syrie. Il s’agit d’un camp tenu par les forces Kurdes, où vivent de nombreuses familles de combattants islamistes de toutes les nationalités. Hayat Boumeddiene serait passée à travers les mailles du filet en utilisant probablement une fausse identité. Les services français n’ont en tout cas pas été informés qu’elle était retenue dans ce camp.

Un récit jugé « crédible »

La veuve d’Amedy Coulibaly se serait ensuite enfuit le même mois de ce camp, à l’aide de sa fausse identité et grâce à un réseau de complicités au sein du camp selon ce témoignage. Un récit jugé « crédible » par les services de renseignement français selon la chaîne de télévision, d’autant qu’il va dans le sens de précédentes informations obtenues au cours de l’été 2019. Toutefois, aucune preuve matérielle prouvant ces affirmations n’est disponible pour l’heure.

Les dernières informations concernant Hayat Boumeddiene faisaient état de son décès lors de la chute du dernier bastion du groupe État islamique (EI) à Baghouz, en Syrie, au printemps 2019. Les frères Clain avaient été tués à ce moment-là. Capturée et placée dans un camp kurde, la belle sœur de Fabien Clain, Dorothée Maquere, avait confirmé la mort d’Hayat Boumeddiene à des journalistes en reportage sur place. S’agissait-il d’une fausse information visant à la couvrir ?

Le parquet nationale antiterroriste (PNAT) a ouvert une enquête préliminaire fin avril visant la jeune djihadiste pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » selon les informations de France 2.

Un départ vers la Turquie quelques jours avant les attentats de janvier 2015

Les dernières images d’Hayat Boumeddiene remontent au 2 janvier 2015 à l’aéroport de Madrid (Espagne) alors qu’elle va embarquer sur un vol de la compagnie Air Pegasus à destination d’Istanbul, en Turquie, à 14h25. Amedy Coulibaly l’avait conduite en voiture jusqu’à la capitale espagnole.

Hayat Boumeddiene le 2 janvier 2015 à l’aéroport de Madrid.

Six jours plus tard, le terroriste tuait une policière municipale, Clarissa Jean-Philippe, en pleine rue, à Montrouge (Hauts-de-Seine). Une attaque terroriste au lendemain de celle de Charlie Hebdo. Le 9 janvier, Amedy Coulibaly a attaqué l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes et a tué quatre clients, avant d’être abattu par la police lors de l’assaut. Au total, 17 personnes ont été tuées dans les attentats de janvier 2015 menés par les frères Kouachi et Amedy Coulibaly.

Selon l’ordonnance de mise en accusation, le document qui résume les charges à l’encontre des 14 accusés de ces attentats sanglants, Hayat Boumeddiene a rapidement acquis auprès de l’EI, « un statut et une protection particuliers au regard des actes terroristes commis par Amedy Coulibaly ».

Une conversation téléphonique en septembre 2015

Les services de renseignement étaient également parvenus à écouter une conversation téléphonique entre la fugitive et ses proches, en septembre 2015. « Wallah si tu savais… […] Ils s’occupent de moi comme si j’étais une princesse », disait-elle, avant de tirer un coup de feu accidentellement.

Le procès des attentats de Charlie Hebdo et des attaques de Montrouge et de l’Hyper Cacher devait se tenir ce mois-ci mais a été reporté suite à la pandémie de coronavirus, au 2 septembre prochain. Les audiences devant devant la cour d’assises spécialement composée devraient durer plus de deux mois.

Hayat Boumeddiene, mise en examen pour « financement du terrorisme » et « association de malfaiteurs terroriste en vue de préparer des crimes d’atteintes aux personnes » fait partie des accusés. La jeune française est accusée d’avoir activement participé à la préparation des attentats, par l’intermédiaire d’escroqueries pour se procurer des voitures. Elle aurait notamment utilisé de faux bulletins de salaires et de faux avis d’imposition.