Affaire Elisa Pilarski : Rien n’avancera avant le mois d’août dans l’enquête

Alors que les analyses ADN dans le dossier Elisa Pilarski, tuée le 16 novembre 2019 par des chiens, devaient être rendues courant juin 2020, la crise du coronavirus a considérablement freiné l’enquête.

Qu’est-il arrivé à Elisa Pilarski le 16 novembre 2019 ? Pour rappel, cette jeune femme, enceinte de six mois, a littéralement été dévorée par des chiens alors qu’elle se promenait en forêt avec son chien, Curtis. Depuis ce drame, les enquêteurs tentent de déterminer les responsables entre le chien de la victime et la meute de chiens qui participaient à une chasse à cours au même moment, près de l’endroit où Elisa Pilarski a été retrouvée morte. En février dernier, le procureur de la République de Soissons, Frédéric Trinh, avait indiqué que les premiers résultats des tests ADN pratiqués sur la victime et les différents chiens étaient attendus pour la fin du premier semestre 2020. Ainsi, ils auraient dû lui arriver au cours de ce mois de juin. Mais vendredi 5 juin 2020, L’union révèle qu’à cause de la crise du coronavirus, des délais plus long ont été demandés.

Le laboratoire choisi (pour mener ces tests, NDLR) a demandé au magistrat instructeur une propagation de délai de deux mois pour le retour des résultats d’analyses génétiques“, a ainsi indiqué le procureur au quotidien régional. Pour les avocats des propriétaires des chiens qui ont participé à la chasse à cours, ce délai ne change rien. “Les chiens de chasse ont pu s’approcher du corps d’Elisa Pilarski après son décès“, réagit l’un d’eux. Mais le confinement n’a pas seulement freiné les analyses ADN. Toujours selon L’union, les policiers ont également dû suspendre leur enquête. “La police judiciaire n’a absolument pas pu travailler. Elle n’a pas pu entendre qui que ce soit ni faire de confrontation en raison du confinement“, a indiqué un autre avocat.

L’enquête sur la mort d’Elisa Pilarski pourrait être résolue en août 2020

Mais que les proches d’Elisa Pilarski se rassurent, toute la lumière devrait être faite au plus tard d’ici le mois d’août, si les analyses ADN parlent.