Mortalité infantile : un bébé sur 56 décède dans le mois suivant sa naissance

Ils sont plus de 2,6 millions d’enfants de moins d’un mois à mourir chaque année dans les quatre coins de la planète. Les nourrissons des pays pauvres sont exposés à des risques « alarmants » de mort prématurée par rapport à ceux nés dans les pays riches, déplore l’UNICEF dans son rapport rendu public ce mardi. 

Bien que l’espérance de vie s’allonge, la mortalité infantile continue de progresser partout dans le monde avec toutefois des disparités flagrantes entre les pays pauvres et les pays riches. Au Japon par exemple, les nourrissons ont 45 fois plus de chance de passer leur premier mois qu’au Pakistan. En effet, le taux de mortalité infantile au Japon est de l’ordre de 1/1000 contre 1/22 au Pakistan, affirme le rapport.

Au Maroc, le taux de mortalité infantile s’est établi à 17,8/ 1000, soit un bébé sur 56, contre 12,8/1000 en Egypte et 8,1/1000 en Tunisie. L’Ukraine et le Sri Lanka ont pour leurs parts un taux de 5,4/1000 et 5,3/1000, respectivement. Le niveau de revenus d’un pays n’est qu’un indicateur dans ces disparités, souligne le rapport.

Les différences sont notables aussi à l’intérieur même d’un pays: les bébés nés dans des familles pauvres ont en moyenne 40% plus de risques de mourir avant un mois.

Au Koweït et aux Etats-Unis, deux des pays à revenus élevés, ce taux est autour de 4 pour 1.000. C’est à peine mieux que plusieurs pays à revenus intermédiaires, comme le Sri Lanka et l’Ukraine où ce taux est autour de cinq pour 1.000.

Sur les dix pays les plus à risque, huit se trouvent en Afrique sub-saharienne: Centrafrique (1 sur 24), Somalie, Lesotho, Guinée-Bissau et Soudan du sud (1 sur 26), Côte d’Ivoire (1 sur 27), Mali et Tchad (1 sur 28). Ce sont des pays où « les femmes enceintes sont le moins susceptibles de recevoir de l’aide » en raison de la pauvreté, des conflits ou d’institutions fragiles, explique le document.

Source 2M

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.