Assises de la Vienne : 6 ans de prison pour la mère infanticide / L’avis de notre éducateur

La mère de 38 ans vient d’être condamnée à 6 ans de prison par la cour de la Vienne. La Cour d’assises a suivi les réquisitions de l’avocat Général en condamnant cette femme.

Elle devra en surplus assurer une obligation de soins pendant 5 ans.Trois heures de délibéré, c’est le temps qu’il aura fallu aux jurés pour se prononcer sur la peine de la mère de famille. Elle comparaissait ce jeudi 1er et vendredi 2 mars pour la mort de son nouveau-né, juste après l’accouchement en 2015 à Beaumont Saint-Cyr. Après avoir mis au monde l’enfant dans une caravane, elle l’enveloppe dans un drap et le place dans un sac-poubelle.

Elle maintient que le bébé était mort-né

Les experts contredisent la version de la mère qui maintient lors de sa comparution que son bébé était mort-né. Pourtant les expertises médico-Légales effectués sur l’enfant, ne peuvent confirmer cette thèse maintenue par la mère. Pour les experts scientifiques l’enfant est né vivant, sans aucune malformation, il a respiré entre 10 minutes et une heure.

Selon France Bleu :

Une conscience altérée

En 2015 dans cette caravane, l’accusée n’a pas pleinement conscience de ce qui se passe. « Ce n’était pas un bébé pour moi » répète-t-elle pendant les 2 jours du procès. Une conscience altérée en partie à cause de l’accouchement qui l’a plongée dans un état second, mais pas seulement. L’accusée est « borderline » et a du mal à se représenter la réalité notamment lorsqu’elle ne parvient pas à s’avouer cette grossesse et la cache à son entourage. Une personnalité fragile également en raison de plusieurs épreuves dans sa vie : un compagnon auquel elle est soumise et qui la fait avorter de son premier enfant.  Mais le tournant a lieu en 2013 après avoir accouché sous X d’une petite fille. C’est à ce moment là qu’elle se met à boire quotidiennement. Son entourage la décrit alors comme « passive, ailleurs, qui n’écoute jamais quand on lui parle. »

« Ce meurtre en rappelle donc bien d’autres dont des circonstances sont trouvés à ces mères de famille qui se disent soit « aimer leurs enfants, soit ne pas avoir eu conscience de leur geste ». Il est fort dommage que la justice en France, et dans d’autres pays, trouve des consciences altérées ou bien un manque de discernement – ce genre de cas. Un enfant, la chair de leur chair… On ne tu e pas un enfant… Même pour les pires choses qui pourraient arriver sur la terre. Il n’y a aucune raison à ce geste aussi brusque, radical de ces mères infanticides, ou de ces pères infanticides même s’il y en a peu. Mais ces faits augmentent chaque jour en France… Les condamnations sont trop faibles. Que fait la Justice ? Cette mère comme bien d’autres sortiront de prison rapidement. C’est dommage.  Hier vous aviez publié un article qui était intéressant, celle d’une mère condamnée à faire un test deux fois par an, pour s’assurer qu’elle n’est pas enceinte. Cette solution pourrait être envisagée en France, cela réduirait le risque d’infanticide, car certaines personnes ne sont pas dignes d’être un père ou une mère pour ces gestes fous  » ( Avis de notre éducateur).

>> Lire notre article évoqué par notre éducateur  : INSOLITE : Après un infanticide, la Justice Canadienne ordonne qu’elle fasse 2 tests de grossesses par an pour ne pas refaire d’enfants

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.