Un professeur fait l’objet d’une plainte de parents pour une main aux fesses infligée à une adolescente

SAINT-PIERRE. Le sujet agite le collège de la Ligne-des-Bambous depuis une quinzaine de jours. Un professeur fait l’objet d’une plainte de parents pour une main aux fesses infligée à une adolescente. Et d’autres élèves dénoncent des faits similaires.

« De toute façon, on est tranquille avec lui. On ne va jamais au tableau, il n’y a que les filles qui y vont parce qu’il en profite pour les mater ». Racontée par des jeunes garçons à leur mère, cette anecdote à propos d’un professeur a de quoi laisser perplexe. Chaque génération a connu ce type de récits sur tel ou tel enseignant, commentaires qui restent toujours à prendre avec des pincettes car sujet à exagération.

Pour autant, le cas de ce professeur « voyeur » vient de prendre une tournure bien plus délicate. Et les dires des adolescents du collège de la Ligne des Bambous sont désormais pris au sérieux par l’administration.

Les faits datent de mi-février. Ce jour-là, précisément, une jeune fille est appelée au tableau par ce fameux professeur de français. Quelques minutes plus tard, l’adolescente subit une « main aux fesses » devant toute la classe. La scène est, à juste titre, mal vécue par la jeune fille qui se confie à ses parents.

Dès lors, deux versions s’affrontent. Le professeur mis en cause se défend de tout geste malveillant et présente le scénario suivant : alors que l’élève était effectivement au tableau, lui était assis sur une chaise. Là, il aurait basculé à la renverse et aurait alors cherché à se retenir dans la chute. D’où la main qui s’est malencontreusement agrippée au postérieur de la jeune fille. Mais les parents, eux, soutiennent leur enfant et dénoncent une agression sexuelle. Ils annoncent alors leur intention de porter plainte contre le quinquagénaire qui, selon nos informations, est en poste depuis plusieurs années dans ce collège saint-pierrois. Ce qui a été fait vendredi dernier au commissariat, indique le procureur de Saint-Pierre, Laurent Zuchowicz.

Cette affaire crée des remous dans l’établissement. D’autant que le professeur s’est rapidement fait porter pâle. Les bruits le disaient alors suspendu. « Non. Il est en arrêt maladie. Notamment parce qu’il est très affecté par les rumeurs le concernant », répondait le rectorat en début de semaine dernière.

L’administration soulignait que la version de la chute était confirmée par les élèves présents et donc témoins. Sauf que quelques jours plus tard, la donne a changé. Le coup de fil du Jir n’est sans doute pas étranger à ce revirement mais toujours est-il que des investigations supplémentaires ont été menées par la suite.

Selon nos informations, le principal a recueilli plusieurs témoignages de jeunes filles qui confient avoir également subi des gestes équivoques de la part de cet enseignant. La direction de l’établissement doit prochainement recevoir les parents. Dans le même temps, « le principal adressera un signalement au parquet dans les prochains jours », indique le rectorat. « Une mesure de suspension sera également initiée dès la fin du congé maladie de ce professeur », ajoute l’administration. Cette mesure peut durer jusqu’à 4 mois, le temps que le professeur apporte ses explications et que la justice pénale étudie l’affaire.

Source ciclanoo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.