Agression Sexuelle à LCP dans l’affaire HAZIZA

L’animateur Frédéric Haziza sur le plateau de l’émission « Questions d’info » sur la chaîne LCP, le 11 janvier 2018. (LCP / DAILYMOTION)

Astrid de Villaines, journaliste pour la Chaîne parlementaire, s’exprime pour la première fois depuis sa plainte contre son confrère Frédéric Haziza.

Source vidéo exclusive par LE PARISIEN

Astrid de Villaines a porté plainte pour agression sexuelle contre Frédéric Haziza, éditorialiste et animateur de la Chaîne parlementaire (LCP). Une enquête est en cours mais la réintégration la semaine dernière de ce dernier l’a profondément choquée. Elle s’exprime pour la première fois sur cette épreuve.

C’est dans une interview exclusive accordée à nos confrères du Parisien qu’Astrid de Vilaines se confie sur les accusations d’agressions sexuelles dont celle-ci à déposer plainte dernièrement.

Ainsi elle s’exprime sur les accusations qui pour la rédaction de LCP serait jugée comme des blagues potaches et lourdingues et que de cette constatation, ils ont pu réintégrer Frédéric Haziza au sein de la chaîne. Une honte pour la victime et journaliste qui se sent abandonner par sa hiérarchie. Pour elle, elle n’a jamais regretté son dépôt de plainte et qu’elle s’est senti soulager d’avoir enfin pu mettre les mots sur ce qui l’a pesé depuis des années.

Elle a pu parler et explique :  Cela s’est passé au sein de la rédaction, il y avait des témoins. J’ai réagi vivement sur le moment en lui disant que cela ne se faisait pas. Une confrontation a été organisée dans le bureau du directeur de la rédaction. Mon agresseur a nié les faits.

Elle tente de se reconstruire tout de même si travailler à LCP et toujours avec la présence de Frédéric Haziza lui est difficile à supporter.  Elle estime qu’elle ne peut en rajouter et que la décision appartenait à la direction de LCP et rien de plus…

Nos confrères du Parisien lui demandent ce qu’elle pense de la dernière tribune sur les 100 femmes dont l’actrice Catherine Deneuve qui parle plutôt de la liberté d’importuner pour préserver la liberté sexuelle. Astrid s’en insurge exprimant qu’il est regrettable que ces femmes, tiennent ce discours, et qu’elles ne défendent pas le droit pour toutes les femmes d’être protéger des agissements incertains de ces hommes. En conséquence, elles aimeraient que plusieurs voir toutes les femmes se soutiennent dans cette cause, qui en réalité touche ou peuvent toucher toutes les femmes.

Et de terminer par :  Il faut aider ces femmes et leur parole doit absolument être entendue et écoutée.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*