Une troisième femme a porté plainte pour viols contre Tariq Ramadan

Une troisième femme a porté plainte pour viols, mercredi à Paris, contre l’intellectuel musulman Tariq Ramadan déjà mis en examen et incarcéré depuis un mois pour des faits similaires, a appris l’AFP de sources proches du dossier et judiciaire.

Cette Française d’une quarantaine d’années et qui souhaite garder l’anonymat, affirme avoir été sous l’emprise du théologien suisse et avoir subi de multiples viols entre 2013 et 2014 en France, à Bruxelles et à Londres, selon la source proche du dossier citant la plainte, également révélée par Europe 1 et L’Express.

Cette femme musulmane, qui a choisi le pseudonyme « Marie », affirme avoir subi des actes sexuels particulièrement violents et dégradants, lors d’une dizaine de rendez-vous entre février 2013 et juin 2014, le plus souvent dans des hôtels en marge des conférences à succès de l’islamologue de 55 ans.

Sur cette période, « Marie tentait en vain d’échapper à l’emprise de M. Ramadan qui ne cessait de la menacer », selon la source proche du dossier

Selon Europe 1, la plaignante avait confié à Tariq Ramadan « son passé d’escort girl » et avoir fait « partie des femmes rémunérées pour avoir eu des relations sexuelles avec Dominique Strauss-Kahn » dans l’affaire de l’hôtel Carlton de Lille.

Des éléments dont l’intellectuel se serait servi pour la menacer, affirme la radio qui a consulté des SMS reçus par la plaignante et que cette dernière attribue à Tariq Ramadan.

Le théologien a été mis en examen le 2 février pour viols, dont l’un sur personne vulnérable, après les plaintes de deux femmes fin octobre qui ont débouché sur une information judiciaire confiée à trois juges.

L’intellectuel, qui conteste ces accusations, a été écroué à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), la justice craignant une possible fuite, des pressions sur les plaignantes ou une réitération des faits.

La détention de ce petit-fils du fondateur de la confrérie islamiste des Frères musulmans a suscité un vif émoi dans une partie des rangs musulmans, certains dénonçant un « deux poids, deux mesures », voire un « complot » contre une des rares figures médiatiques de l’islam européen.

Tariq Ramadan avait invoqué son état de santé pour contester cette détention, qui a été confirmé par la cour d’appel de Paris fin février sur la base d’une première expertise médicale. Cette dernière avait remis en question les deux maladies, une sclérose en plaques et une neuropathie, dont le théologien dit souffrir, jugeant leur diagnostic « incertain ».

Une expertise médicale complète a été ordonnée par les juges et doit être rendue d’ici la fin mars.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.